Association for Free Research and International Cooperation

Log in Join the community

LA DOT: nécessité traditionnelle ou source d´enrichissement ?

22.11.2018
Jacques BINET, dans son ouvrage intitulé Le Mariage en Afrique noire définit la dot comme étant la somme versée par le fiancé ou par sa famille au père de la fiancée. Pour aller plus loin, j’ajouterais que la dot est une preuve publique du libre consentement que les parents apportent à l'alliance de leurs enfants ; elle permet non seulement d´unir traditionnellement deux personnes qui s’aiment, mais elle permet aussi de sceller les deux familles, c'est-à-dire celle de la femme et de l’homme.

Si pour certaines familles la dot représente juste un symbole sacré ou alors un honneur, tel n’est pas le cas pour d’autres pour qui la dot représente une source d’enrichissement, car les parents profitent pour vendre leur fille ; ils demandent une somme excessive et/ou alors dressent une liste exhaustive, entendant par-là récupérer tout ce qu’ils ont eu à dépenser sur leur fille. Ceci qui décourage les jeunes qui n’ont pas assez de moyens de s’engager et favorise le concubinage, couramment appelé le viens on reste

Pour moi, la dot est une nécessité traditionnelle, un geste symbolique et sacré et de ce fait, les parents devraient conserver nos traditions africaines tout en réduisant le montant de la dot afin de permettre ainsi aux jeunes de s’engager traditionnellement ; les parents devraient aussi tenir compte de la conjoncture économique afin de fixer la dot, c’est d’ailleurs en mon sens la raison pour laquelle le code pénal camerounais, en son article 357 prévoit des sanctions en cas de dot excessive, faisant obstacle au mariage d’une fille majeure.

Annick Kouodjo.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community