Association for Free Research and International Cooperation

Log in Join the community

Analyse

Huawei : Victime de la guerre géostratégique entre les USA et la Chine

Fleuron de l’industrie chinoise, Huawei est sur la braise dans plusieurs pays y compris aux États-Unis d’Amérique. Dans un contexte tendu, les enjeux autour de ce bras de fer sont surtout liés aux multiples prouesses tant diplomatique (l'évolution à grande vitesse du projet One Belt One Road), que technologique (avec la conquête de la face cachée de la lune par les scientifiques chinois) et enfin commerciale avec le positionnement sur le marché de la 5G.
Alors que les relations commerciales entre la Chine et les États-Unis se dégradent, la guerre qui oppose les deux pays pourrait davantage gagner en intensité.
15 février 2019

Réintégration d’ex rebelles en Afrique : une épreuve difficile

Une autre vie après la rébellion est elle possible ? Plusieurs pays africains à travers des programmes DDR (désarmement, démobilisation, réinsertion) offrent à leurs citoyens ayants été enrôlés dans des groupes armées, l'opportunité de se refaire une virginité en réintégrant la vie sociale .Cependant, l'initiative d'un retour à la vie normale parait difficile à réaliser car les défis de l'après- guerre sont multiples. Le processus généralement est précédé par la signature d'accords de paix. La réintégration d'ex combattant est également indispensable dans le cadre d'un processus de réconciliation nationale au lendemain d'un conflit armé ou d’une guerre civile. De nombreux pays africains s'y sont essayés mais la réussite n'est pas toujours été au rendez-vous.
14 février 2019

SENEGAL PRESIDENTIELLE 2019 : Maitre Abdoulaye Wade veut-il gâcher la fête ?

La campagne électorale pour le vote du 24 février bat son plein au Sénégal où cinq candidats sont en lice pour briguer la magistrature suprême. Inédit de part le nombre limité de concurrents, ce scrutin connait déjà quelque tensions qui pourraient entraver son bon déroulement. Alors que Macky Sall et ses adversaires ont commencé leur numéro de charme auprès des populations à travers les quatre coins du pays, l’ancien président Abdoulaye Wade dont le fils Karim est écarté de la course à la présidentielle, bat une campagne d’un tout autre genre. L’ex chef de l’Etat sénégalais milite pour un boycotte pur et simple de ce scrutin qu’il juge "verrouillée" par Macky Sall. A ses nombreux partisans venus l’accueillir dès son retour au pays le 7 février 2019, Abdoulaye Wade demande de « brûler les bulletins de vote ». Si pour certains électeurs la recommandation du vieux baron de la politique sénégalaise est synonyme de prêche dans le désert, pour d’autres elle résulte de la frustration née du rejet de la candidature de son fils Karim.
13 février 2019

Le droit d’asile : faut-il revoir la convention de Genève ?

A l’ère où la mondialisation impacte de plus en plus les sociétés, l’importance de la migration en tant que sujet politico-socio-économique n’a jamais été aussi indubitable.
En effet, la migration touche tous les peuples et les Etats des quatre coins de la planète. Si elle a permis de développer les échanges commerciaux, elle continue de renforcer les échanges culturels entre les communautés. La migration a fait bénéficier à des milliers de gens dans le monde la possibilité d’aspirer à un meilleur avenir et de mener une vie plus sure à l’étranger. Selon le rapport des Nations Unies sur la migration, En 2018, ils étaient alors plus de 258 millions à partir à la quête de renouveaux.
12 février 2019

Pourquoi washington veut la tête de Nicolas Maduro ?

Le président vénézuélien Nicolas Maduro depuis son arrivée au pouvoir en mars 2013, fait face à une guerre ouverte menée par Washington qui veut faire couler le régime dans ce pays d'Amérique latine .Les hostilités qui ont commencé depuis l'ère Obama se poursuivent aujourd'hui avec l'administration Trump qui a qualifié le scrutin du 20 mai 2018 ayant conduit à sa réélection de "farce". Cette victoire critiquée par la maison Blanche a conduit à une série de nouvelles sanctions financières américaines
12 février 2019

Les flux financiers illicites font perdre des milliards par an à l’Afrique

La conférence conjointe des ministres de l’économie et des finances de l’Union africaine et des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique de la CEA a décidé de la création d’un groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites en Afrique. Ce groupe présidé par l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki a publié un rapport sur ces mouvements qui font perdre plus de 50 milliards par an à l’Afrique.
10 février 2019

UNION AFRICAINE : Que retenir du mandat de Paul Kagamé ?

En accédant le 23 Janvier 2018 à la présidence tournante de l'Union Africaine, le président Rwandais Paul Kagamé a qui il avait été confié le dossier sur la reforme constitutionnelle de l’instance, s'était donné pour objectif de faire de L'union Africaine, une institution forte, autonome et fière. Mais vouloir rendre la commission plus influente et moins dépendante des donateurs, n'aura pas été de tout repos pour l'homme fort de Kigali qui s'est heurté durant son mandat aux réticences de ses paires dont plusieurs se plaisant dans la mendicité et la bureaucratie , n'ont pas voulu adhérer à son plan de redressement de l'institution. Son mandat terminé, l’heure est au bilan sur les prouesses et ratés de ce passage à la tête de la commission de l'Union africains.
9 février 2019

Quel sort pour les ressortissants européens ayant combattu dans les rangs de l’état islamique ?

En annonçant le départ prochain des soldats américains de Syrie, le président américain Donald Trump a jeté un pavé dans la marre, remettant sur la table un débat crucial en Europe. Celui du rapatriement ou non des ressortissants ayant combattu dans les rangs de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie. Plusieurs pays européens dont l’Allemagne, la Belgique, la France, la Suisse et l’Angleterre ont des ressortissants ayant fait le voyage pour la Syrie et l’Irak pour gonfler les rangs du groupe terroriste Etat Islamique combattu par une coalition internationale antidjihadiste, menée par les troupes américaines. Si Washington se targue d’avoir vaincu Daesh qui contrôle encore quelques bastions dans l’Est de la Syrie, pour de nombreux pays européens, c’est surtout le retour massif sur le vieux continent de ces "voyageurs du djihad" qui donne des sueurs froides.
8 février 2019
Show more