Association for Free Research and International Cooperation

Log in Join the community

Analyse

Le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed s’inscrit au palmarès du Prix Nobel de la paix 2019

Un nouveau jour historique s’ouvre pour l’artisanat de la paix en Afrique ce 11 octobre 2019. Le premier ministre éthiopien, « Abiyot », comme on le surnommait affectueusement enfant et qui signifie « révolution », a reçu ce jour le prix Nobel de la paix. Récompense décernée à la personnalité ou la communauté ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armes permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix, le prix Nobel de la paix, selon le testament d’Alfred Nobel, comprend à coup sûr plusieurs éléments comme la lutte pour la paix, les droits de l’homme, l’aide humanitaire et la liberté.
12 octobre 2019

Préparation d’un référendum en Guinée : Que mijote le président Condé ?

La constitution, la loi fondamentale d’une nation, si tant est qu’elle s’inscrit généralement comme garde-fou des velléités et prétentions de certains hommes de pouvoir, n’a pas tout le temps résisté, en Afrique, à la volonté de certains hommes politiques de se maintenir au pouvoir. Légalement ou illégalement, ces hommes, par la ruse, la manipulation ou par la force de leur fonction, procèdent parfois à la modification de la constitution, pas dans l’intérêt général de la nation, mais seulement pour lever les boucliers constitutionnels qui les empêchent de se représenter aux élections. Il en a été ainsi au Cameroun, au Tchad, en Angola, au Burundi, au Rwanda ou en Ouganda. À chaque fois, ces derniers, pour justifier leurs basses manœuvres, avancent des mesures comme le besoin de stabilité, la nécessité de poursuivre une chose inachevée ou encore la réponse à une demande populaire. Que ce soit par voie parlementaire ou par référendum, la finalité est la même, utiliser tous les canaux en leur possession pour briguer un autre mandat à la tête du pays.
12 octobre 2019

Eliud Kipchoge : la légende qui s’attaque au marathon de tous les défis

« Mon objectif principal est de faire passer le message à plus de trois milliards de personnes dans le monde, qu’aucun humain n’est limité, et que le seul moyen est de courir en moins de deux heures ». C’est par ce message que le kényan Eliud Kipchoge, déjà détenteur du record du monde sur marathon, a justifié la nouvelle tentative de descendre sous la barre mythique deux heures en marathon, qui se prépare pour le samedi 12 octobre. Cette nouvelle tentative, baptisée « INEOS 1:59 challenge », en référence au groupe pétrochimique britannique INEOS, partenaire de l’évènement, la deuxième du genre, après celle de Monza en Italie où il avait échoué pour près de vingt-cinq secondes seulement, aura lieu tout le long du Prater à Vienne en Autriche, si les conditions météorologiques le permettent.
11 octobre 2019

Mondiaux d’Athlétisme Doha 2019, quel bilan pour l’Afrique ?

Réputée pour être un vivier incontournable de talents dans le domaine du sport, l’Afrique a toujours su tirer son épingle du jeu face aux autres ténors du sport que sont l’Europe, l’Amérique ou encore l’Asie. Si dans les sports collectifs comme le football, le basketball ou encore le handball elle peine à prouver sur la scène internationale malgré quelques coups d’éclats éphémères ici et là, en revanche, elle s’est toujours démaquée concernant les sports individuelles comme l’athlétisme. Avec des représentants de haut vol comme le Kenya et l’Éthiopie qui ont toujours porté haut les couleurs du continent, l’Afrique s’est taillé une réputation sur mesure dans la discipline. Que ce soit dans les courses de fond où le continent excelle le mieux, les courses de demi fond, les courses de vitesse, le saut en longueur ou encore le triple saut, l’Afrique n’a pas manqué de marquer l’histoire avec des records du monde toujours un peu plus sollicités. Si ces records du monde ont très souvent longuement rythmé avec la performance du continent lors de ces réunions sportives, l’assurance tous risques n’a pourtant jamais été de mise et des résultats mitigés pour le continent lors de ces concours ont souvent été observés.
11 octobre 2019

Les 7è jeux mondiaux militaires 2019

Du 18 au 27 octobre prochain, la ville de Wuhan en Chine va abriter les septième Jeux mondiaux militaires. L’athlétisme, le football, le judo, la boxe, la lutte et le Taekwondo sont les disciplines avec lesquels le Cameroun ira aux Jeux mondiaux militaires. C’est le même son en cloche dans les autres pays en aventure dans cette compétition chinoise. Avec la participation de 105 pays qui ont déjà été enregistré 8000 athlètes d’après le ministre de la défense chinoise, il sera en fait question de compétir tout en magnifiant la paix et le vivre ensemble. Ainsi toute discrimination raciale, tribale ou linguistique est proscrite afin que la compétition se déroule dans de très bonnes conditions.
10 octobre 2019

Tchad : Clair-obscur sur les législatives

Censées se tenir cette fin d’année, les élections législatives au Tchad ont une fois de plus été reportées.Le 03 octobre 2019, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Kodi Mahamat Bam, a fixé à l’année prochaine le déroulement de ces scrutins. C’était au cours d’un point de presse à Ndjamena. « J’observe, déclare-t-il sans donner de date précise, qu’un calendrier électoral trop contraignant et annoncé trop tardivement est une calamité pour le processus. Nous projetons l'horizon temporel réaliste de l'organisation attendue des élections législatives au premier trimestre 2020 ». Malgré cette projection, l’incertitude subsiste, car comme le précise le président de l’organe, la faisabilité de ces échéances électorales est conditionnée par des moyens aussi bien logistiques que financiers. 70 milliards Fcfa, c’est le montant à dégager, selon les autorités, pour l’organisation de ces élections.
10 octobre 2019

Tentative de coup d’État au Ghana : les non-dits d’une histoire rocambolesque

L’histoire d’un supposé mariage entre les coups d’État et de l’Afrique n’est pas une utopie, elle est réelle. De la RD Congo à l’Éthiopie, en passant par l’Égypte, la Tunisie le Gabon ou encore le Cameroun, chacun de ces pays a eu son lot de coups d’État. Qu’ils se soient soldés par un échec ou une réussite, ces push ou tentatives de push ont longuement émaillé et continue d’écrire l’histoire de l’Afrique. Même le Ghana, pays pourtant considéré à juste titre par les africains et récemment encore par le président nigérian Muhammadu Buhari, comme le premier pays postcolonial à accéder à l’indépendance et premier pays africain à organiser des élections multipartites au suffrage universel, a subi la loi infernale des coups d’État depuis son passé récent jusqu’à aujourd’hui.
9 octobre 2019

Sénégal : Khalifa Sall, enfin libre

Poursuivis pour « faux et usage de faux dans les documents administratifs et escroquerie portant sur les deniers publics », Khalifa Sall et ses deux coaccusés avaient écopé, en août 2018, d’une peine de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de cinq millions de francs Cfa. Le dimanche 29 septembre 2019 était un jour de grâce pour Khalifa Ababacar Sall. L’ancien maire de Dakar a bénéficié, avec deux de ses coaccusés, d’une « remise totale des peines principales » accordée par le président Macky Sall.
8 octobre 2019

Cameroun : Grand dialogue national, que retenir de la grande palabre

Le grand dialogue national convoqué par le président Paul Biya pour trouver une issue à la crise dans les régions anglophones du pays, s’est achevée le 04 octobre 2019. Pendant cinq jours d’intenses réflexions, de débats houleux parfois dans une ambiance surchauffée, les camerounais se sont parlés. Ce dialogue inclusif aux allures de conclave familial, a donné l’opportunité à des citoyens réunis en comités de débattre sur des sujets pas uniquement relatifs aux revendications des anglophones mais également d’intérêt national. Au total huit commissions ont été constituées pour ces travaux animés par 700 délégués venus de toutes les dix régions du pays et de la diaspora.
8 octobre 2019

Mendicité infantile, l’urgence de résorption du fléau

De toutes les civilisations de monde entier, la civilisation africaine est celle où les enfants apparaissent encore aujourd’hui plus exposer aux grands dangers du monde de la rue. S’il est vrai que l’enfant est le miroir de la société, alors il serait de bon ton, qu’au-delà de ce qui est déjà fait jusqu’ici, que les sociétés africaines s’investissent davantage dans la protection de l’enfant et de ses droits. Comme pour les « talibés » du Sénégal où une opération d’envergure malheureusement soldée par un échec avait été lancée en juin 2016 pour les retirer de la rue et les réinsérer dans la société à travers le programme « retrait des enfants de la rue », le combat contre la mendicité infantile doit être au cœur des préoccupations de tous les gouvernements africains, car envoyer des enfants mendier n’est pas une culture ou une religion, mais seulement de l’exploitation.
7 octobre 2019

Libération de Maurice Kamto, quelle suite pour le parti ?

Le professeur Maurice Kamto enfin libre ! Le président Biya qui avait ordonné quelques heures après la clôture du grand débat national de l’arrêt des poursuites judiciaires contre des responsables et militants de partis politiques est passé de la parole à l’acte. Après neuf mois passés derrière les barreaux, le fondateur du Mouvement pour la renaissance du Cameroun et ses co détenus ont pu être libérés. En plus de cette remise en liberté Maurice Kamto bénéficie d’un coup d’éponge qui va lui permettre de continuer en toute tranquillité ses activités politiques puisque cette période d’incarcération ne sera pas mentionnée dans son casier judiciaire.
6 octobre 2019
Show more