Association for Free Research and International Cooperation

Log in Join the community

Afrique: le commerce international entre la libéralisation des échanges et la montée du protectionnisme.

10.09.2018
L’objectif de cet article et d’analyser les rapports de commerce international entre les pays de l’Afrique Sub-Saharienne et ses partenaires commerciaux avec qui ils entretiennent des échanges afin de montrer lequel du protectionnisme ou du libre–échange est le mieux pour assurer la croissance économique des pays de l’Afrique Sub-Saharienne.

Sur la base d’un échantillon de 10 pays de l’Afrique Sub-Saharienne : 6 pays de la CEMAC , Mali, Sénégal , Burkina-Faso, Côte D’ivoire dont nous avons recueilli des données, le protectionnisme pratiqué sur certains domaines de l’économie est corrélé positivement à la croissance des entreprises de ce secteur ,et en revanche les jeunes entreprises comme les moins jeunes de la filière textile et de l’artisanat face à l’envahissement des produits venus de la Chine ,ont une très faible croissance économique .

La mondialisation des échanges a permis aujourd’hui d’assister à une explosion des échanges internationaux. Cette explosion devrait entraîner inéluctablement une croissance économique mondiale et générer à coup sûr des gains d’échange. Paradoxalement on assiste aujourd’hui à une accentuation des inégalités entre les pays développés et les pays sous-développés et qui plus est au sein même de ces différents pays.  Les guerres commerciales observées ces dernières décennies entre d’une part les USA et la Chine et d’autre part les USA et l’UE, l’explosion des produits chinois dans le continent africain et particulièrement au Sud du Sahara, les accords de partenariat économique (APE) signé récemment entre les pays Africains et L’UE (mettant ces pays dans une concurrence pure et imparfaite), traduisent bien à suffisance  l’accentuation des inégalités et la menace des entreprises naissantes. Face à un tel climat économique, la théorie du libre-échange qu’incarnent Adam Smith et David Ricado principaux partisans de la doctrine libérale, so (suppression de toutes entraves au commerce internationales).

Paradoxalement la théorie du protectionnisme vise à pénaliser la concurrence dans le but de protéger les intérêts économiques d’un pays. F.Lit (1789-1846) soutient dans sa thèse du protectionnisme éducateur qu’il n’est contre le libre-échange mais souligne qu’il ne faut pas le pratiquer dans un contexte où les industries naissantes ont d’abord besoin d’être protéger avant d’être compétitives à l’international. Au regard de cette opposition entre ces deux courants de pensée, lequel du protectionnisme ou du libre-échange favorise-t –il la croissance économique dans les pays africains et en particulier les pays de l’Afrique Sub-Saharienne aujourd’hui face à l’évolution géoéconomique mondiale ?

L’explosion des échanges commerciales a considérablement amélioré la croissance économique mondiale en ce sens qu’elle a permis aux pays riches de s’enrichir davantage et accroître leur puissance économique et leur hégémonie dans le monde. Paradoxalement cette doctrine libérale à l’origine du démantèlement de toutes les barrières douanières a de graves inégalités entre les pays riches et les PED. Parallèlement elle a également  généré au sein des pays riches comme des PED des inégalités, chômages , privatisation des entreprises nationales et fermeture des milliers d’entreprises privées encore fragiles à la concurrence .Ces inconvénients du libre-échange sont à l’origine de la faible croissance économique des pays de l’Afrique Sub-Saharienne du faite des accords inégaux entre ses partenaires commerciaux et elles .Le libre-échange est aussi à l’origine des guerres commerciales observées ces dernières années entre les USA et la Chine d’une part l’UE d’autre part .

Le protectionnisme se trouve ainsi justifier et nécessaire tant pour les économies des pays développés que pour celles des PED et émergents. Nous avons vu le protectionnisme éducateur tel que le préconise Friedrich List est le modèle économique que doit privilégier les PED de L’Afrique Sub-Saharienne dans certaines des branches de leurs activités où les entreprises ne sont pas encore prêtes à la concurrence internationale. enfin face aux pays développés la solution pour une croissance économique soutenables  serait d’ opter pour le modèle suivant   : pratiquer Du  protectionnisme éducateur au libre-échange et du libre-échange au protectionnisme .L’autre solution serait que les PED partageant ensemble la même espace géographique puisse   s’organiser  en marché sous régionale et d’opter pour le libre-échange .Dans une perspective l’on pourrait analyser dans quelle mesure les PED  seraient –ils contraints   de pratiquer le libre –échange  au lieu du protectionnisme aujourd’hui face l’envahissement des  produits made in China en concurrence avec ceux pro l’UE sur le continent Africain ?

Sonkoue Ferdinand

VOIR ÉGALEMENT:

Yaoundé dénonce la suspension de son traitement commercial préférentiel par Washington
La mondialisation des échanges a permis aujourd’hui d’assister à une explosion des échanges internationaux. Cette explosion devrait entraîner inéluctablement une croissance économique mondiale et générer à coup sûr des gains d’échange. Paradoxalement on assiste aujourd’hui à une accentuation des inégalités entre les pays développés et les pays sous-développés et qui plus est au sein même […]
Angela Merkel reçoit à Berlin les investisseurs soucieux de s’implanter en Afrique
La mondialisation des échanges a permis aujourd’hui d’assister à une explosion des échanges internationaux. Cette explosion devrait entraîner inéluctablement une croissance économique mondiale et générer à coup sûr des gains d’échange. Paradoxalement on assiste aujourd’hui à une accentuation des inégalités entre les pays développés et les pays sous-développés et qui plus est au sein même […]
Le Bénin hausse le ton après la fermeture des frontières du Nigéria
La mondialisation des échanges a permis aujourd’hui d’assister à une explosion des échanges internationaux. Cette explosion devrait entraîner inéluctablement une croissance économique mondiale et générer à coup sûr des gains d’échange. Paradoxalement on assiste aujourd’hui à une accentuation des inégalités entre les pays développés et les pays sous-développés et qui plus est au sein même […]
To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community