Association for Free Research and International Cooperation

Le robot martien Opportunity tire sa réverence

14.02.2019
Sa mission ne devait durer que quatre-vingt-dix jours. Elle a finalement duré quinze ans et permis de confirmer que de l’eau avait, jadis, coulé sur Mars.

Il roulait vaillamment sur Mars depuis 2004. Le robot Opportunity, qui a confirmé que de l’eau y coulait autrefois, a été déclaré mort, mercredi 13 février, par la NASA. « Je déclare la mission Opportunity terminée », a déclaré le responsable scientifique de la NASA, Thomas Zurbuchen, lors d’une conférence de presse à Pasadena en Californie. Cette annonce signe la fin officielle d’une des missions les plus fructueuses de l’histoire de l’exploration du Système solaire.

Le bilan d’Opportunity est extraordinaire dans l’histoire de l’exploration planétaire : 45,16 kilomètres parcourus, plus que le rover soviétique Lunokhod 2 sur la Lune dans les années 1970 et plus que le rover conduit par les astronautes américains de la mission Apollo 17 sur la Lune en 1972 (35 kilomètres). Opportunity a aussi envoyé sur Terre 217 594 images, toutes mises à disposition sur Internet.

Opportunity avait atterri sur une grande plaine où il a passé la moitié de sa vie, traversant des kilomètres de plat et restant même bloqué quelques semaines dans une dune de sable. C’est là que le robot, avec ses instruments de géologie, a permis de confirmer que de l’eau liquide s’était un jour trouvé sur Mars.

La seconde partie de sa vie, il a remonté les flancs du cratère Endeavour, prenant de spectaculaires clichés panoramiques… et découvrant des veines de gypse, nouvelle preuve que de l’eau coulait entre ces roches. Son jumeau, Spirit, a atterri trois semaines avant lui et s’est éteint en 2010. Les deux ont largement rempli les attentes de leurs concepteurs : leurs missions devaient théoriquement durer quatre-vingt-dix jours, des durées souvent dépassées mais rarement d’autant…

Seul un rover reste encore actif sur Mars, également américain : Curiosity, qui a atterri en 2012. Lui n’est pas dépendant du Soleil, car son énergie vient d’un petit réacteur nucléaire. En 2021, il sera rejoint, sur un autre site de la planète, par le robot récemment baptisé Rosalind Franklin, dans le cadre de la mission européano-russe ExoMars.

Lire l’article original ici.

Crédit image/ google image/ opportunity.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community