Association for Free Research and International Cooperation

Log in Join the community

Abdel Fatah al Sissi a la tête de l’union africaine : que peut-on attendre de sa présidence ?

06.02.2019
Article de la rédaction AFRIC.
Addis Abeba la capitale éthiopienne accueille du 10 au 11 février, la 32ème Session Ordinaire de l'Assemblée générale des Chefs d'Etats et de gouvernement d’Afrique. Un rendez qui sera marqué par la prise de fonction du chef de l'Etat égyptien Abdel Fatah Al Sissi comme président en exercice de l'instance panafricaine en remplacement du président rwandais Paul Kagamé. Pour l’année 2019, l'Union Africaine a choisi pour thème : année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées en Afrique : vers des solutions durables au déplacement forcé. Un thème qui cadre avec les objectifs fixés par l'organe continental qui désire promouvoir la Paix et la sécurité en Afrique. L’organisation panafricaine qui veut faire taire les armes sur le continent d’ici 2020 et qui dans cette optique a pris des mesures pour résoudre les différentes crises en Afrique tout en attribuant aux parties impliquées des responsabilités, sera cette année sous le magistère du président Abdel Fatah Al Sissi qui s'est fait maitre en Afrique dans la lutte contre le terrorisme.

LES DÉFIS SÉCURITAIRES AU CŒUR DES PRÉOCCUPATIONS DE L’UA

 Si l’Union Africaine considère comme une avancée majeure le rapprochement entre  l’Ethiopie et de l’Érythrée en 2018 et qui a mis un terme à 20 ans d’hostilités entre les deux pays , elle reste préoccupée par d’autres problèmes majeurs sur le continent notamment  la mise en application réelle de l’accord de paix paraphé entre les acteurs de la crise au Soudan du Sud , la persistance du chaos libyen , le retour effectif de la paix en RCA  et à  la recrudescence d’actes terroristes sur le continent . L’attaque qui a fait ce lundi  04  Février 14 morts   dans le Nord du Burkina Faso à la veille du sommet du G5 Sahel, est une preuve de l’explosion de violence que connait la région  du Sahel.

En choisissant comme thème : «année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées en Afrique : vers des solutions durables au déplacement forcé», l’Union Africaine place le sort des réfugiés au centre de ses prérogatives durant  cette année.

Selon le Haut-commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR),  près de 34 000 personnes fuient chaque  jour  les conflits et les crises dans le monde. En Afrique les heurts entres groupes rivaux en RCA, les attaques répétés de Boko Haram au Nord du Nigeria et à la frontière avec le Niger, le Cameroun et le Tchad  ainsi que  les affrontements au Soudan du Sud et les actes terroristes dans le Sahel, ont entraîne ces dernières années  des  déplacements massifs de milliers de personnes.

L’Ouganda qui est entouré de voisins en conflit est le pays qui accueille sur ses terres le plus grand nombre de réfugiés sur le continent. Il est un exemple sur le plan international en matière d’accueil réservé aux réfugiés .Le pays de Yoweri Museveni  pratique une bonne politique de la porte ouverte en offrant aux  déplacés des terres pour construire des logements et pratiquer l’agriculture a en attendant  un retour dans leurs pays respectifs. Mais permettre aux réfugiés de retourner en toute sécurité chez eux avec la garantie de retrouver un train de vie normale , revient à traiter à la base le problème d’insécurité qui prévaut en Afrique.

L’Egypte dont l’armée a renforcé ces cinq  dernières années ses capacités dans le but de faire face à toute offensive interne et étrangère, est considérée comme un excellent exemple en matière de lutte contre l’insécurité et le  terrorisme. Depuis l’arrivée au pouvoir d’Abdel Fatah Al Sissi, le pays qui est la cible de plusieurs attentats meurtriers a multiplié les partenariats et opérations militaires  pour démanteler  tous les réseaux terroristes présents sur ses terres.

L’EGYPTE UN PARTENAIRE EFFICACE DANS LA LUTTE ANTI TERRORISTE

Militaire de formation, le maréchal Abdel Fatah al-Sissi mène depuis sa prise de pouvoir en 2014, une guerre sans merci contre l’extrémisme et le terrorisme qui a pris des proportions dans son pays .En 2018 , le pays a décidé sous l’impulsion de son  président  de lancer une opération militaires de grande envergure dans le Sinaï, vaste région désertique  où  la branche locale du groupe Etat Islamique opposé au pouvoir centrale  a décidé d’installer son quartier général .

Depuis le lancement de cette opération baptisée  Sinaï 2018, cette région  qui subissait régulièrement des attaques meurtrières menées par Daesh est ratissée par les chars et missiles de l’armée égyptienne qui a multiplié l’achat d’équipements militaires auprès des partenaires étrangers dont la France, Israël et les Etats-Unis. via des interventions terrestres et des raids aériens la région est passée au  peigne fin. Dans cette opération de démantèlement, le pays a également décidé de renforcer les contrôles maritimes  et terrestres notamment avec les pays voisin dont la Libye.

Les autorités administratives  estiment à près de 1 672, le nombre d’opérations menées dans le pays depuis 2013 et dont  39 %  auraient eu le lieu  dans le nord du Sinaï. Depuis Juillet 2014,  plus de 27 000 personnes auraient également fait l’objet d’arrestation dans le cadre d’opérations antiterroristes. Soucieux de préserver la stabilité de l’Egypte , l’ex chef du renseignement militaire à permis dès sa prise de pouvoir à l’armée égyptienne  de reprendre le pouvoir politique du pays qui lui avait été ravi avec la chute en 2011  d’Osni   Moubarak .L’opération Sinaï 2018 , qui a permis à l’armée de renforcer le contrôle des zones frontalières et de procéder à un nettoyage en profondeur des zones où se sont implantés des foyers terroristes a  permis au maréchal de gagner les faveurs de l’opinion publique.

Avec la présidence d’ Al Sissi , l’union africaine pourra bénéficier de l’expertise égyptienne dans la lutte anti terroriste , mais également de sa politique rigoureuse contre l’extrémisme qui a donné naissance à plusieurs foyers djihadistes qui sèment la terreur et la désolation sur le continent poussant  des milliers d’hommes ,de femmes et d’enfants à affluer dans des camps d’asile.

Article de la rédaction AFRIC.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community