Association for Free Research and International Cooperation

Inauguration du pont Sénégambie : Le symbole de l’intégration sous-régionale

24.01.2019
Article de la rédaction AFRIC
C’est une nouvelle historique pour le secteur de transport et pour les populations de la Gambie et du Sénégal: L’inauguration du pont Sénégambie « Senegambia bridge » construit le long du fleuve Gambie attendue depuis des décennies. Une cérémonie qui a eu lieu le lundi 21 janvier, cinq ans après la signature des accords entre les présidents des deux pays. Ce nouveau bijou est une première réalisation en Afrique de l’Ouest et servira à désengorger le réseau routier et doper les échanges commerciaux dans la sous-région. Il permettra également à désenclaver la Casamance et les régions du Sud dont celles de Sédhiou, Kolda et Ziguinchor.

Le rêve a pris sa forme dans cette sous-région et les populations sont satisfaites de cet ouvrage  qui n’est pas seulement un symbole de bonne entente entre les deux Etats, mais une preuve que les deux pays sont unis par le destin malgré les séries de moments  de tensions. Macky Sall, président en exercice au Sénégal est fier d’avoir transformé ce rêve en réalité après plusieurs générations. Son homologue Adama Barrow de la Gambie satisfait d’avoir mené à bout le rêve de ses prédécesseurs souligne que ce  magnifique pont sera une composante majeure dans le couloir transgambien, sera essentiel dans le développement de la sous-région, dans l’intégration et dans les échanges commerciaux dans cette partie de la CEDEAO.

Baptisé « pont de Farafenni », à cause du village gambien Farafenni, le pont séné-gambien s’étend sur une longueur de 942mètres sur 18mètres de Hauteur avec une largeur de 12mètres. Les travaux de cette réalisation sont le fruit du financement de la Banque Africaine de développement (BAD) et ont coûté 50 millions de FCFA soit 75 millions d’euros. Une exécution sous-régionale financée conjointement par les deux Etats bien que le pont soit entièrement érigé sur le territoire gambien.

La pose de la première pierre relative à la construction de ce chef-d’œuvre était faite le 20 février 2015 et les travaux confiés aux entreprises hispano-sénégalaises Corsan /Arezki étaient prévus pour une durée de 30 mois. Ces travaux ont connu un retard en conséquence aux crises et tensions qui ont secouées les deux pays frères notamment la crise de Casamance qui est arrivée à son terme après près de 35 ans de guerre grâce aux efforts fournis par les deux dirigeants.

Fluidité mobile entre Dakar et Ziguinchor

Le senegambia bridge a d’abord été envisagé dans les années 70 mais Le manque de financement avait plusieurs fois brisé ce rêve qui aujourd’hui se transforme en réalité. Cette infrastructure rapproche les populations et symbolise la fraternité séné-gambienne ; comme pour dire qu’au Sénégal, le Gambien est chez lui et en Gambie le Sénégalais est chez lui. « Casa sans escale, Merci prési » c’est ce qu’on peut lire sur une pancarte brandie par un citoyen sénégalais ravi de la nécessité de cette nouvelle voie terrestre qui va ramener  à huit heures le trajet entre Dakar et Ziguinchor. Ce pont va faciliter le passage des piétons environnants et les petits commerces à la criée.

Les usagers de la route n’attendront plus pendant des heures pour embarquer leurs marchandises et n’auront plus de la peine pour traverser car avant l’arrivée de ce pont, pour rallier le Nord et le Sud du Sénégal, il fallait emprunter un détour fastidieux pour y arriver. Soit prendre la route en passant par Tambacounda pour plus de 12 heures de route, ou prendre les vieux bacs gambiens motorisés qui assuraient la traversée par voie fluviale. Ces deux options étaient pénibles et posaient de sérieux problèmes de sécurité, vol, braquage, intimidation (…).

Potentiel levier de développement  économique

Le senegambia bridge est un outil important qui aura un réel impact sur l’économie des deux pays et va booster les échanges commerciaux. Ce pont réduira de 50% les frais de transport des usagers. Les commerçants pourront désormais faire usage du pont pour le transport de leurs marchandises par camions. Un poste de péage y sera construit  pour générer les revenus et limiter les pertes économiques pour les voyageurs. Les revenus seront gérés par la Gambie mais les tarifs seront déterminés par les gouvernements des deux territoires. Ces revenus permettront la maintenance et l’entretien des postes et de la route, et la rémunération des agents y opérant.

Pour rendre l’œuvre plus que nécessaire, il faille avoir une circulation libre des personnes et des biens 24/7, et une permanence assurée par des personnels de sécurité dont la police pour veiller contre toute infraction ou incident afin de protéger les usagers, favoriser le développement de la sous-région et renforcer la fraternité entre les peuples. La circulation des personnes est ouverte depuis mardi tandis que les camions et engins lourds attendront entre juin et  août 2019 question de roder le pont.

Article de la rédaction AFRIC

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community