Association for Free Research and International Cooperation

Polémique autour de Miss Algérie

14.01.2019
Lire l'original de l'article sur: Lepoint.fr
Au-delà du racisme sous-jacent, la réaction de certains Algériens à l'élection de Khadidja Benhamou révèle combien la diversité et la complexité même de la société algérienne peuvent être mal maîtrisées.

Tout est donc parti de l’élection de Miss Algérie le 4 janvier dernier. Il s’est trouvé que l’élue, Khadidja Benhamou, est originaire d’une ville du sud algérien, Adrar. Âgée de 19 ans, elle a la peau foncée et les cheveux noirs bouclés : des signes évidents de présence parmi ses ascendants de personnes d’origine subsaharienne. Il n’en reste pas moins que Khadija Benhamou est bien algérienne. Comme les autres Algériens, elle porte les caractéristiques de sa région d’origine à part que les siennes se voient plus facilement sur son physique. Il n’en a cependant pas fallu plus pour que son titre de Miss Algérie déchaîne des commentaires peu amènes, notamment sur les réseaux sociaux. « Didier Drogba, arrête de faire le con ! » dit cet internaute. « Je fais un cauchemar ou c’est la réalité ? C’est elle Miss Algérie 2019 ? » s’interroge cet autre. De quoi donner le ton à une affaire qui a attiré l’attention, en Algérie et ailleurs dans le monde, sur le rapport des Algériens avec la composante noire de la population.

Pour Nacer Djabi, les violentes réactions enregistrées après l’élection de Miss Algérie, comme à la suite du décès de Houari Manar, mettent la lumière sur un problème de « diversité » au sein de la société. « Les Algériens ne se connaissent pas assez et, donc, ils ne s’aiment pas parfois. L’Algérien ne vit pas dans les grandes villes cosmopolites. Il vit encore comme dans un « village » d’où parfois il ne sort jamais. Il ne se déplace même pas vers les autres villes du pays », explique le sociologue qui cite l’exemple des entreprises privées. « Prenez le cas de certaines sociétés privées en Algérie. Il suffit de demander à l’agent de sécurité la ville d’où il est originaire pour savoir d’où viennent le patron et tous ses employés », avance-t-il.

Lire l’original de l’article ici.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community