Association for Free Research and International Cooperation

Les tatouages : existe-t-il un risque sanitaire?

09.01.2019
Article de la rédaction AFRIC
Cinquante ans en arrière le tatouage était vu en Afrique comme un signe de mauvaise réputation, une appartenance à un certain groupe de personnes de moralité indécente. Mais au fil des années, cette conception change. Des milliers d’individus à travers le monde se font tatouer chaque jour. Ce sont des jeunes de moins de 20 ans qui agissent sous l’effet de la mode, une jeune femme amoureuse qui se fait graver le prénom de son chéri, ou encore une mère de famille qui se fait tatouer les visages de ses enfants. Certains sont des artistes qui se tatouent sous influence musicale ou industrielle. Mais cette pratique s’avère parfois dangereuse pour la peau et la santé, quels en sont donc les dangers ?

Se faire tatouer est une décision importante à prendre. Plusieurs personnes veulent se faire tatouer par enthousiasme, après avoir suivi un film héroïque ou pour se souvenir d’une belle époque. Certains le font pour changer leur nature, se transformer. C’est le cas de Zombie Boy, un mannequin français qui s’est fait tatouer tout le corps jusqu’à l’œil et a voulu ressembler à quelque chose d’autre que lui-même. Les pays réputés pour les tatouages sont les USA, l’Italie et la France parmi tant d’autres. En Afrique subsaharienne, certaines ethnies dont les peuls tatouent le contour de la bouche de la femme pour créer le contraste entre les lèvres et les dents lorsqu’elle sourit. Mais le tatouage dont il est question de nos jours est un phénomène récurrent en Afrique à cause de l’émergence de l’industrie de musique et de beauté.

COMMENT SE FAIT UN TATOUAGE ?

Le tatouage c’est l’injection d’encre sur la peau, cela signifie se faire introduire des pigments sous la peau à l’aide d’une aiguille.  Les pigments sont déposés entre le derme et l’épiderme par des séries de piqures effectuées par le dérmographe. Une pratique douloureuse certes, mais des gens s’y impliquent sans crainte. Tout tatouage dénote un message. « Un tatouage est la reproduction d’une histoire, d’une blessure, d’un sentiment dont on veut se souvenir éternellement » a dit Amy Softpaws. Au Congo, Un père pour commémorer la disparition de sa fille bien aimée, a gravé son visage sur le bras à vie. Une histoire d’amour entre un père et sa fille.

DES RISQUES POUR LA SANTE ?

Interrogés sur la question d’encre sur la peau humaine, plusieurs dermatologues ont avancés qu’il n’existe pas encore d’outils pour vérifier le caractère inoffensif des encres. Selon eux, les problèmes liés à l’asepsie ont été réglés par les professionnels en tatouage et la pratique est désormais bien encadrée et réglementée. En France, nul ne peut pratiquer le métier de tatoueur sans passer par l’école de France de tatouage où les cours d’hygiène et d’entretien de trois jours sont dispensés. On enseigne comment le matériel et les encres sont stérilisés et les aiguilles à usage unique. Les dermatologues affirment aussi que les risques d’infection sont zéro. « On estime que moins de 10% des personnes tatouées déclenchent une réaction allergique, parfois minime (démangeaisons, gonflements,…) » précise le Dr Nicolas Kluger, dermatologue spécialiste des problèmes de peau associés aux tatouages.

Cependant, Certaines études ont prouvé que l’injection d’encre sur la peau est dangereuse et présente des risques pour la santé. Les séries de piqûres constituent une agression pour la peau et parmi les encres utilisées, on répertorie une centaine de colorants  industriels conçus pour la teinture des tissus, des plastiques, des encres d’imprimantes. Grosso modo, les injections d’encre provoquent des infections et allergies. Toutes les peaux ne réagissent pas positivement au contact avec un corps étranger. Certaines peau sont allergiques et rougissent ou gonflent à l’injection d’encre. D’autres peaux ayant des anomalies de cicatrisation, sont très réactives au contact avec l’encre.

Le matériel et les aiguilles utilisées si pas stérilisées exposent l’individu au risque de se faire contaminer du Sida ou de l’Hépatite. Certaines personnes aux peaux bourrées d’encre de couleurs sont exposées au risque de cancer de la peau. Les tatouages causent également des infections cutanées et laissent  des tâches indélébiles sur la peau si l’entretien n’est pas effectué régulièrement.

LE DETATOUAGE EST-IL POSSIBLE ?

Se detatouer  ou se retatouer pour couvrir les décisions du passé sont les options que des milliers de gens choisissent, une dizaine d’années après. Certains décident de faire de leur corps une œuvre d’art mais après une acceptance religieuse en regrettent et veulent se le faire effacer. Surtout le petit prénom de son ex-chéri qui impacte sur la vie amoureuse actuelle de cette dernière. Avant de passer sur la table d’un tatoueur, il est bien mieux de réfléchir deux fois car rien ne dure éternellement. Il est vrai que la technique au laser est la plus fiable mais elle reste tout de même coûteuse, douloureuse,  dure longtemps et le résultat n’est pas garanti. Près de 20% de personnes tatouées l’ont essayée mais n’en sont pas sorties totalement satisfaites surtout celles portant des tatouages de couleurs rouge, bleu et violet.

Se faire tatouer tout le corps ou en partie, se faire injecter des pigments sur la sclérotique est une pratique très dangereuse et peut causer la cécité. Un tatouage dit beaucoup, surtout, sur les zones visibles du corps et cela peut avoir de l’impact sur la vie professionnelle et dans ses relations avec les autres. Autant mieux se faire des gravures périodiques si l’on est amoureux des tatoos ou ne pas s’y engager pour se garder du mauvais regard car chaque époque de la vie vient avec ses maux et la mode elle, part et revient. Aussi, ce qui n’est pas bon sur la peau, n’est pas bon dans la peau.

Article de la rédaction AFRIC

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community