Association for Free Research and International Cooperation

Gilets jaunes: mobilisation en baisse et blocages aux frontières pour l’acte VI

23.12.2018
Les « gilets jaunes » ont eu plus de difficultés à mobiliser pour cet acte VI. 38 600 manifestants étaient dans la rue en gilets jaunes à Paris et dans les autres villes de France contre 66 000 la semaine précédente. Au total, la police a interpellé 220 personnes sur toute la France dont 81 sont en garde à vue.

Le mouvement semble être redescendu d’un cran, ce samedi 22 décembre alors que les cortèges étaient moins fournis. La manifestation à Paris s’est terminée en début de soirée. En Ile de France, les manifestants avaient annoncés Versailles sur les réseaux sociaux mais c’est finalement de Montmartre qu’est parti le cortège. Une marche plutôt calme à travers la capitale jusqu’aux Champs Elysées où cela s’est tendu, des motards de la police ayant été pris à partie par des manifestants. En fin de journée, la préfecture a compté 2 000 manifestants à Paris (contre 4 000 la semaine dernière).

Des manifestations ont eu lieu avec quelques heurts à Nantes et à Toulouse. Dans d’autres villes comme à Lille et Marseille, les manifestations étaient plus tranquilles avec des cortèges plus petits que ceux des dernières semaines. Pourtant à la frontière franco-espagnole dans les Pyrénées orientales, une centaine de manifestants ont bloqué un péage, empêchant les poids lourds de circuler. Ils ont ensuite rapidement été délogés par les forces de l’ordre.

Essoufflement ?

Le mouvement, qui a débuté il y a un peu plus d’un mois, semble s’essoufler quelque peu. La première manifestation, le 17 novembre, avait rassemblé 282 000 manifestants sur l’ensemble de la journée. Ils n’étaient plus que 166 000 le 24 novembre, 136 000 les 1er et 8 décembre et 66 000 le 15 décembre, selon des chiffres officiels

Mais malgré la baisse de la mobilisation côté ronds-points comme côté cortèges, le mouvement semble continuer. Un acte VII est d’ores et déjà envisagé par certains des gilets jaunes. Pour le sociologue Michel Fize, la fronde va se poursuivre.

« Je pense que ça ne va pas s’arrêter. Il n’y aura pas la “trêve des confiseurs”. Je pense sans être un grand devin qu’il y aura un acte VII, samedi prochain. Sous une forme peut-être encore novatrice, mais je pense que la petite flamme qui perdure un petit peu partout va traverser les fêtes de Noël. Et qu’ensuite en janvier, il peut y avoir un rebondissement en fonction de cette grande concertation, qui en soit peut poser problème parce qu’elle va s’étaler sur le temps. Il y a des gens qui n’ont pas le temps. »

Noël approchant, des appels aux blocages se multiplie déjà sur les réseaux sociaux. Parmi les cibles des gilets jaunes : le marché international de Rungis qui approvisionne toute la région Ile de France en denrées alimentaires.

Lire l’original de l’article ici.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community