Association for Free Research and International Cooperation

Un vaccin pour en finir avec Ebola

25.11.2018
Un corps malade est un mort en sursis en RDC. Frappée par le virus contagieux appelé Ebola, l’Afrique entend bientôt exterminer cette maladie qui se transmet au contact avec un malade. Arriverons-nous réellement à éliminer Ebola ? Un vaccin pour en finir est-il possible? Les chercheurs scientifiques nous en rassurent.

En 2014, Emma avait 23 ans et étudiait la Gestion à Freetown, la capitale de la Sierra Léonie son pays. Le virus mortel attaquait déjà son entourage notamment le père de sa copine à qui elle avait rendu visite sans planifier que quelques jours plus tard elle serait victime de fortes fièvres, de diarrhée, de vomissement, de douleurs et donc d’Ebola. Survivante de ce virus, Elle raconte

« Le père de mon amie était en train de mourir. Je lui ai rendu visite. Et je suis restée sur place pendant trois jours. Son père est mort, a son enterrement, j‘étais encore sur place. Après, je suis rentrée chez moi et là, j’ai commencé à avoir de la fièvre. J‘étais tellement désespérée à ce moment-là. La maladie était en train de m’attaquer, j’avais peur, parce qu’on disait : (…) Quand on emmène quelqu’un au centre de soins, il ne revient jamais, (…) Alors, j’ai commencé à m’enfermer dans la pièce ». Une période cruciale qui a assombrit ses études.

La région où vit Emma fut lourdement touchée par l’épidémie à savoir des villages entiers. L’économie locale s’était également effondrée. Pour apporter des solutions plus durables à ce fléau, des scientifiques européens mènent leur projet de rechercher qui vise à développer un nouveau régime de vaccin pour stopper la propagation de cette maladie mortelle. Un essaie clinique fut lancé et concernait des milliers de volontaires adultes et enfants âgés de 01 à 17 ans.

Tous les volontaires bénéficient d’un suivi médical minutieux avant et après les injections et sont systématiquement informés sur l’évolution du traitement et ses effets. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) révèle que le taux de mortalité est entre 50% et 90%, une perte considérable de la race humaine. Par contre la nouvelle formule du vaccin donne des résultats satisfaisants selon les médecins. “On constate que le vaccin est sûr. Et les participants sont réellement en train de produire des anticorps dans leur sang pour combattre le virus. Donc c’est très prometteur”, se félicite le docteur Agnès Bangura.

C’est aux Pays-Bas que le vaccin est développé et ses résultats, surveillés de près. La méthode consiste à injecter deux vaccins différents. D’après les scientifiques, cette stratégie pourrait permettre de fournir une immunisation plus efficace et plus durable contre une famille de virus particulièrement dangereux. Les médecins estiment que leur  nouveau régime de vaccin sera un succès bien que les recherches soient en cours.

Ces recherches se font dans le but de redonner de l’espoir aux personnes qui habitent dans des zones à risques. Ces efforts de recherches sont menés dans le cadre de l’initiative pour les médicaments innovants, et est financé par la commission européenne et  par l’industrie pharmaceutique européenne. Son coût global s’élèverait à 3,2 milliards d’euros. Si un vaccin pour en mettre définitivement fin est trouvé, l’Afrique sera libérée d’un de ses plus grands maux.

Lisez l’article original ici.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community