Association for Free Research and International Cooperation

Le rôle du pétrole dans le chaos en Libye

18.11.2018
Depuis que la Libye a plongé dans le chaos, la production pétrolière du pays a pris un sérieux coup. Kadhafi mort, le pays peine a retrouver la stabilité tant sur le plan politique qu’économique. Malgré les multiples initiatives entreprises par les organismes internationaux, ce pays jadis prospère continue sa chute vertigineuse dans le gouffre où l’ont précipité les puissances occidentales au nom d’une prétendue démocratie. Abandonnée à sa déchéance entre les mains de milices islamistes qui se livrent en toute impunité à tout genre d'actes criminels , et de leaders politiques qui s’affrontent au quotidien pour le control des terminaux pétroliers , la Libye avec la chute de l’ancien régime n’a plus connu la paix encore moins la prospérité que lui garantissait son pétrole.

KADHAFI : DES RÊVES GRANDS QUI FONT PEUR

Cela n’est un secret pour personne, Mouammar Kadhafi de son vivant avec des rêves grands tant pour son peuple que pour l’Afrique toute entière qu’il a souhaité voir unifiée. Avant son bombardement par les forces de l’OTAN, la Libye connaissait une croissance économique exemplaire. Son  PIB par habitant estimé à 13 300 dollars, le plaçait au dessus des nations telles que l’Argentine, l’Afrique du Sud et le Brésil en matière de transformation socio – économique. Avec une dette évaluée à 3,3% du PIB, la Libye à la veille du chaos qui s’est abattu sur elle croulait sous un train de vie que lui enviait bien des nations. Outre la gratuité de l’eau à usage domestique ou encore de l’électricité,  les libyens ne devaient s’acquitter  d’aucun impôt  encore moins de la TVA. A ces privilèges s’ajoutaient des bourses de 1627€ par  mois  attribuées aux étudiants désireux de poursuivre leurs études à l’étranger et une aide mensuelle de 300 € à chaque famille. Le prix du litre d’essence  établit a  0.08€ et les reformes sur le plan sanitaire sont autant de mesures prises par le gouvernement  qui comptait aussi faire bénéficier aux libyens directement et de façon égalitaire les revenus du pétrole.

LE CONTROL DES TERMINAUX PÉTROLIERS AU CENTRE D’UN CONFLIT INTERNE

Jadis source de richesse, le pétrole est sans aucun doute  lié à la misère que traverse la Libye aujourd’hui. Avec deux gouvernements parallèles  ce pays  est  un non-État. La fragilité de ces deux institutions qui peinent à instaurer leurs autorités dans toute l’étendue du territoire a favorisé les départs massifs incontrôlés de migrants d’Afrique  subsaharienne vers le continent européen.  Le chaos instauré par les milices qui s’affrontent au quotidien à donné libre cours à  l’installation d’un  réseau de trafic d’armes qui approvisionne  les groupes terroristes qui opèrent dans le Sahel  et au Moyen-Orient.

Le « croissant pétrolier », situé au nord-est du pays est la région dont le contrôle est source d’affrontements meurtriers entre les forces du maréchal Haftar et le Gouvernement d’union nationale (GNA) qui a son QG à Tripoli et qui bénéficie du soutien de la communauté internationale. Cette zone, poumon économique du pays  contient en plus du port de Hariga, où  est exporté le pétrole libyen, quatre terminaux.

Les combats opposants les forces du Maréchal Haftar aux gardes des installations pétrolières, qui opèrent sous les ordres du gouvernement d’union nationale libyen, ont affecté la production du pétrole. Avant le soulèvement de 2011 ayant conduit à la chute de Mouammar Kadhafi,  le pays enregistrait une  production  d’ 1,6 million de barils par jour. Un chiffre qui a connu une baisse drastique et qui peine à se stabiliser.

En Juin 2017, la production de pétrole a néanmoins connu une hausse considérable allant jusqu’ à un million de barils par jour. Mais avec la reprise des violences cette année  entre les différents groupes rivaux et qui ont  occasionné la suspension dans le « croissant pétrolier » des opérations de la National Oil Corporation (NOC), la compagnie d’Etat libyenne, ce chiffre est redescendu à  450.000 barils par jour.

UN RÉSEAU DE CONTREBANDE VERS L’EUROPE

La reprise de la production et des exportations de pétrole pourrait être salutaire pour l’économie du pays qui a sombré et fait face à une monnaie  dévaluée  et un manque  de liquidités.  Si en 2017, certaines grandes compagnies  pétrolières internationales  à l’instar de l’italienne ENI et des françaises Total et Schlumberger sont revenues dans le pays, la stabilité politique reste vital pour un meilleur contrôle  du secteur des hydrocarbures  car le système anarchique qui prévaut  en Libye a également favorisé l’éclosion d’un trafic de carburant. Une pratique illégale qui aurait pour destination l’Italie via Malte. La manne financière issue de ces réseaux obscurs  contribuerait en grande partie à soutenir les groupes armées qui s’entredéchirent dans le pays. La découverte   de ce  trafic de carburant en provenance de la Libye et ses ramifications serait à l’origine de la l’assassina de la journaliste Daphne Caruana Galizia le 18 octobre 2017.  Selon les révélations faites sur son blog, le trafic de carburant qui s’effectuait au préalable entre la Libye et des pays voisins tels que l’Algérie et  la Tunisie à la suite de la mort de Khadafi , implique désormais l’Europe. Les contrebandiers font acheminer  le carburant jusqu’aux abords de Malte à bord de bateaux. Une fois dans l’archipel, il est attesté selon les autorités  comme provenant d’Arabie Saoudite et  revendu à des grandes entreprises pétrolières italiennes à l’exemple de Maxcom Petroli.

Avec 48 millions de barils de réserve la Libye détient avec le Nigeria les plus grands gisements de pétrole d’Afrique. La crise née de l’assassinat de Mouammar Kadhafi a profondément affecté les revenus de l’Etats qui dépendaient en grande majorité du pétrole .Cette situation a plongé le pays dans une crise économique sans précédente qui a affecté le train de vie des populations soumises à des pénuries de tout genre et conscientes, mais un peu trop tard que leurs vies  étaient bien  meilleures au temps du colonel Kadhafi.

Article de la redaction AFRIC.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community