Association for Free Research and International Cooperation

Log in Join the community

L’Ouganda : les reines de beauté albinos

14.11.2018
En Ouganda, le concours de beauté pour les personnes atteintes d’albinisme est une première.

Les maquilleuses mettent la dernière touche à leur make-up et dans quelques instants, ces jeunes dames vont dévoiler leur charme sur le podium. Parmi les 22 candidats, les juges ont choisi les 5 hommes et 5 femmes qui vont représenter l’Ouganda au concours de beauté d’Afrique de l’Est prévu à Nairobi dans quelques semaines.

“Aujourd’hui a été une occasion importante parce que nous avons eu les premières auditions en Ouganda de personnes atteintes d’albinisme pour M. et Mlle Albinisme de l’Afrique de l’Est. C’est extrêmement important parce que la représentation est importante. Cela en dit long sur la façon dont la société perçoit cette différence”, déclare Michelle Omamteker, juge du concours de beauté et directrice de la fondation Malengo.

Pour les spectateurs, les promoteurs et les participants, ce concours de beauté est une vitrine pour s’exprimer et montrer que la beauté n’a pas de frontière.

“Je pense que l’année prochaine ce sera énorme, il y en aura encore plus que les 22 d’aujourd’hui. Je pense que les chiffres atteindront une centaine, ou même 200 et plus”, lance Brenda Boonabaaba, participante.

Un concours pour faire tomber les barrières

“La raison pour laquelle j’ai postulé, c’est que je veux être sur le devant de la scène pour représenter l’albinisme et je dois aussi sensibiliser les gens. En commençant par les parents de personnes atteintes d’albinisme, révèle Paul Wakibona. Parce qu’il y a des choses qu’ils font aux enfants en pensant qu’ils les aident, alors qu’ils ne leur rendent pas service.”

La protection des droits des personnes atteintes d’albinisme est une question d’intérêt public pour de nombreux pays en Afrique de l’Est.

Et la participation des jeunes à des événements comme celui-ci reste encore timide. Les organisateurs espèrent cependant que le succès de cette première édition pourra davantage faire tomber les barrières de la stigmatisation.

Lire l’intégral de cet article ici.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community