Association for Free Research and International Cooperation

Première du club de réflexion parisien « Game changers »

13.11.2018
Ce mois, le think tank Games changers en partenariat avec AFRIC a inauguré une série de rencontres consacrées aux questions du développement des pays émergents. ce premier club s’est déroulé au centre de Paris au premier étage du café Plume. Le sujet de la discussion choisi fut - L’économie des îles : la Madagascar, la Réunion, L’ile Maurice.

Autour le sujet six participant avec le profil différents ont été convié : une étudiante des affaires internationales, un financier, un professeur, une activiste de Croix-rouge, un fonctionnaire, une économiste.

L’histoire des trois îles est commune toute tintée d’un héritage colonial.

LE MADAGASCAR – l’île la plus grande parmi les trois. A eu son indépendance de la France en 1960. Sur une surface de plus 580 000 km carrés habitent plus 24 millions habitants et un PIB/HABITANTE de 424 dollars us.
Selon les données de la Banque Mondiale, en 2012 la 77,8% des habitants vivaient sous le seuil de pauvreté. C’est un pays parmi les plus pauvres dans le monde.

LA REUNION  est quant à elle un département d’outre-mer français. Sa superficie de 2 512 km carrés avec une population un peu moins d’un million. Le PIB par habitant est estimé à 24 295 $, Néanmoins, environ 40% de la population vivaient sous le seuil de pauvreté. Le taux du chômage reste aussi assez très élevé environ 23%, surtout chez les jeunes.

L’ILE MAURICE a un triple héritage colonial. D’abord colonie néerlandaise (1638-1710), puis colonie française (1715-1810) et, finalement Britannique jusqu’en 1968 l’année de son indépendance. Sa superficie est environ égale à la Réunion de même pour la population. L’Île Maurice a l’une des économies les plus prospères et compétitives en Afrique. PIB par habitant, le plus élevé parmi les trois iles soit de 19 797 d’USD. En 2018, l’ile Maurice a progressé de 24ieme  places parmi les 190 économies mondiales dans le classement « Doing business », publié chaque année par la Banque mondiale.
La Banque mondiale relève que Maurice a mis en oeuvre quatre réformes portant notamment sur :

1) la sous-traitance de la conception et des travaux de raccordement aux égouts, ce qui, précise-t-on, a permis d’accélérer les délais d’obtention d’un permis de construire
2) la facilitation du commerce transfrontalier
3) la simplification du transfert de propriété avec une réduction des frais de mutation
4) l’introduction d’un dispositif de recours en la publication des normes de service.
L’un des facteurs de différence de la condition de vie selon les participants c’est l’éducation, le deuxième la volonté du gouvernement et son professionnalisme sur le sujet des réformes économiques.
Mais il y a aussi les facteurs qui peuvent bloquer le développement dans les autres iles telles que : les conflits militaires, les crises politiques. Malheureusement, il y a beaucoup d’exemples sur le continent africain…

Parmi les prochaines réunions les participants ont decidé de discuter les sujets suivants :
– l’écologie : l’expérience de Rwanda;
– les systèmes d’éducation : une comparaison des systems différents et son influence sur la prospérité, et la croissance
– L’entrepreneuriat coopératif féminin : du Chili au Mali;
– la saute technologique en Afrique : l’exemple des téléphones fixe, etc.
– l’énergie solaire en Afrique – la nouvelle locomotive ?

Si vous etes intéressé de participer dans nos prochaines réunions, vous pouvez nous joindre :

https://www.facebook.com/groups/565743523858701/

Article de la Redaction AFRIC .

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community