Association for Free Research and International Cooperation

Un candidat unique, l’espoir d’un changement en RDC

12.11.2018
C’est à la sortie d’un meeting de négociations de trois jours à Genève sous l’égide de la fondation Koffi Annan que les sept leaders de l’opposition congolaise ont décidé de la nomination ce dimanche 11 novembre de Martin FAYULU comme candidat unique au scrutin du 23 décembre prochain. La dynamique de l’opposition s’est unie afin de garantir un vote massif et une accession alternative au pouvoir.

Cette désignation est une première dans l’histoire de la politique en République du Congo. Jamais avant les candidats n’étaient allés aux urnes unis. ‘‘L’Union fait la force’’ ; c’est ce qu’ont compris les opposants  congolais encore dans la course ou disqualifiés. C’est  désormais contre Emmanuel Ramazani SHADARY de la majorité présidentielle que le match va se jouer pour la course au poste de président.

Martin FAYULU, l’espoir du peuple

Au départ l’idée ne semblait pas plaire à tous, mais la soif du changement a eu raison sur l’individualisme. C’est depuis des mois que les débats entre Félix TSHISEKEDI, Vital KAMERHE, Martin FAYULU, Freddy MATUNGULU,  Jean Pierre BEMBA, Moïse KATUMBI  et Adolphe MUZITO ont perdurés afin de trouver une tête d’affiche pour affronter le candidat du Front Commun pour le Congo (FCC). Débats, qui ont finalement porté leur fruit en Suisse la semaine dernière.

Il a nécessité aux sept candidats de mettre de côté leurs égos et penser à l’avenir du peuple, c’est-à-dire, se mettre d’accord sur le ‘‘Tous pour Un’’. Plusieurs conditions ont été requises pour être le candidat éligible de l’opposition. Le choix est finalement tombé sur Martin FAYULU, un candidat presque ‘‘neutre’’  qualifié par ses frères d’armes ‘‘d’extrémiste’’  car il n’avait jamais fait partie du gouvernement KABILA et serait sans dossier suspicieux.

Le candidat sûr

Martin FAYULU, la soixantaine révolue est un candidat solide, au caractère fort capable de rassembler les peuples étant très proche du citoyen. Loin d’être un donneur d’ordres, il sait  mouiller le maillot au même pas que les citoyens.

Aussi optimiste et brave, FAYULU ne baisse pas les bras facilement. Il a été arrêté deux fois  par le pouvoir en place puis relâché pour avoir organiser et participer à des manifestations  criant le ras-le bol.

Il serait l’espoir d’une réunification et de l’alternance en RDC car il  connait ce dont les congolais en besoin : Une paix et une sécurité durables, mais aussi le quotidien du congolais avant tout. Son arrivée au pouvoir va constituer une phase de transition entre le gouvernement Kabila (18 ans au pouvoir) et les gouvernements à venir.

Bien qu’unis, les leaders de l’opposition ne gagneront pas les élections sans les électeurs ; d’où la nécessité pour la population à faire comme les dirigeants de leur différents partis : mettre de côté le tribalisme, abandonner toute haine ethnique et voter pour cet unique candidat afin d’accéder au pouvoir.

« LA MACHINE A VOTER ET NON LA MACHINE A TRICHER »

Les Sept Leaders de l’alliance « LAMUKA », qui signifie « réveilles-toi », une coalition instituée pendant le meeting à Genève sont sceptiques à l’idée d’aller au vote avec la machine à voter. Ils maintiennent que cette machine serait à l’avantage du protégé de KABILA qui a depuis lors commencé avec sa campagne présidentielle et qu’ils préféreraient un vote à l’ancienne.

Cette Machine qui d’un point de vue objectif, est une innovation technologique afin de faire comme en Occident. Corneille NANGAA, Directeur de la CENI entend garantir les élections avec cette machine facilement accessible à l’électeur.

A cet effet, il  lui est recommandé de veiller à son bon fonctionnement pendant le scrutin. Si comme le dit-on l’effort fait des forts, les leaders devront se mettre d’accord avec le peuple, expliquer leur vision et aller massivement au vote afin de contourner cette zone d’ombre pour l’intérêt de la nation.

Article de la Rédaction AFRIC.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community