Association for Free Research and International Cooperation

L’opposant revendicateur de la dernière élection au Gabon prend la parole alors que les Gabonais sont sans nouvelles de leur chef d’État…

03.11.2018
Après six mois de silence, Jean Ping, qui se présente toujours comme le président élu du Gabon, a rompu le silence dans un message à la nation. Hymne national, drapeau tricolore, armoiries nationales et costume cravate. Jean Ping a livré son message dans un décor très solennel. « En ma qualité de président de la République élu (...) je vous invite aujourd'hui au rassemblement », a-t-il dit s'adressant à ses chers compatriotes.

L’opposant gabonais a promis de mettre sur pied une nouvelle République et espéré que sa victoire, que lui aurait volée l’actuel chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, lui sera enfin restituée.

« La souveraineté du peuple, qui s’est exprimé le 27 août 2016 et me désignant comme président de la République gabonaise, sera respectée, a-t-il assuré. Je crois sincèrement que le moment est venu pour qu’il en soit ainsi. Je tends la main, j’ouvre les bras à toutes les Gabonaises, à tous les Gabonais, sans exception. »

Jean Ping a eu une pensée pour les victimes des violences postélectorales de 2016. Il n’a pas oublié les détenus politiques. En revanche, il n’a donné aucune consigne et surtout, il n’a pas dit un seul mot sur l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba. Il a pris soin de ne même pas citer son nom.

Jean Ping est également resté silencieux sur les résultats des dernières élections locales et législatives remportées par le Parti démocratique gabonais qui dirige le Gabon depuis 50 ans.

Les Gabonais toujours dans l’attente d’informations sur l’état de santé de leur président

Le Premier ministre, Emmanuel Issozé Ngondet, est tenu informé, en temps réel, de l’évolution de l’état de santé du président Ali Bongo. Interviewé par RFI, Guy-Bertrand Mapangou, porte-parole du gouvernement, rappelle que le président gabonais est toujours à Riyad et qu’il souffre d’une « fatigue sévère ».

« Les médecins qui l’ont reçu à l’hôpital du roi Fayçal ont bien diagnostiqué une fatigue sévère et, pour l’instant, il lui a été prescrit un repos qui l’éloigne donc des affaires. Pour l’instant, donc, il se repose aux côtés de ses médecins, de sa famille et de quelques collaborateurs qui sont avec lui, en ce moment, à Riyad », a-t-il affirmé.

Sur certaines informations qui font état d’un accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’un œdème cérébral dont aurait été victime le président Bongo, le porte-parole du gouvernement ne le confirme pas.

« On ne va pas se substituer au diagnostic des médecins et d’ailleurs, la présidence de la République va continuer à communiquer sur l’évolution de l’état de santé du président, dans les prochains jours », a-t-il annoncé.

Sur la question de savoir si le Premier ministre, Emmanuel Issozé-Ngondet ,va se rendre à Riyad, comme le Premier ministre l’avait fait à l’époque d’Omar Bongo, Guy Bertrand précise que pour le moment, ce n’est pas prévu.

« Nous ne sommes pas en 2009 et ce n’est pas à l’ordre du jour. Le Premier ministre doit, en attendant, rester au travail pour que le Gabon fonctionne normalement. Ce que je peux vous dire, aujourd’hui, c’est que la vacance de pouvoir dont on parle tant maintenant, n’est pas à l’ordre du jour. Il serait d’ailleurs indécent d’en parler alors que le président est en train de recouvrer progressivement sa santé », a conclu le porte-parole du gouvernement, Guy-Bertrand Mapangou.

Source  de l’article : rfi.fr

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community