Association for Free Research and International Cooperation

English English French French Portuguese Portuguese

La place des personnes âgées dans nos sociétés modernes : La perception de la maison de retraite.

31.10.2018
Le nombre de personnes âgées dans le monde connaît une augmentation forte ces dernières années selon les experts, cette tendance devrait s’accélérer dans les décennies à venir.
En 2015 le monde a compté plus de 900 millions de personnes âgées (de 60 ans et plus) suivant les projections des experts, d’ici 2050, la population mondiale des personnes âgées devrait avoir plus que doublée de taille jusqu'au 2 milliards parmi les 9,8 milliards de la population totale.ce qui constituerait une vraie problématique pour les systèmes de la protection sociale et les régimes de retraite.

À partir des années 1990, la Banque Mondiale préconisait des régimes publics de retraite basée à trois piliers principaux:

  • un régime d’allocations financées par l’impôt pour les plus démunis
  •   un régime alimenté par des cotisations prélevées sur les revenus et versement  des pensions proportionnelles aux cotisations, fonctionnant de préférence par capitalisation
  •   Des régimes complémentaires volontaires privés.

Selon les experts de la Banque Mondiale, il existe plusieurs raisons pour faire le choix de la capitalisation

  •  les individus seraient mieux incités à verser des cotisations présentées comme une épargne personnelle
  •  les fonds privés seraient moins corruptibles, moins influençables et moins sensibles à l’instabilité politique que l’État
  •   l’épargne collectée pourrait bénéficier à l’économie locale.

En examinant  les différents systèmes de retraite dans le monde, c’est facile de noter que le choix entre les régimes publics de retraite est souvent en dépendance avec le niveau du développement économique du pays.

En Europe, traditionnellement, on distingue deux systèmes de protection sociale : « Bismarckienne » (qui doit leur nom au chancelier prussien qui créa la Sécurité sociale allemande) et « Beveridge » (se réfèrent à Lord Beveridge, le fondateur du modèle anglo-saxonne  de l’assurance vieillesse).Bien évidemment, aucun pays ne correspond strictement à l’un ou l’autre, mais chacun s’inspire majoritairement de l’un d’eux.

Les pays assez riches, hors d’Europe, ont adopté des modèles Anglo-saxonnes. Dans ces pays, les plus de 65 ans dépendent des régimes publics de retraite pour moins de la moitié de leurs revenus. Dans les pays en plein développement économique, la population est encore relativement jeune,  devraient être prêt pour le vieillissement dans les années à venir, notamment grâce aux allongements de l’espérance de vie.

Il existe 3 systèmes les plus adoptés: un régime d’allocations financées par l’impôt pour les plus démunis ; un régime alimenté par des cotisations prélevées sur les revenus et versant des pensions proportionnelles aux cotisations, fonctionnant souvent par capitalisation.

Avec une population assez jeune, l’Afrique ne connaît pas encore la pression du vieillissement. Par contre, les revenus annuels par habitant des pays africains peuvent être jusqu’à 20 fois inférieurs, et l’espérance de plus courte de dix ans en comparaison avec les pays développés.

L’Afrique francophone, très homogène, a choisi le modèle bismarckien ou la pension est contributive et l’Afrique anglophone se caractérise à l’origine par le recours à la capitalisation.

Le cabinet de conseil en ressources humaines a publié  en octobre dernier son classement annuel des systèmes de retraite les plus viables dans le monde cet indice évalue en effet les systèmes de retraite de 30 pays, et les classe selon une quarantaine de critères. Ces derniers sont regroupés en trois sous-indices:

  •  La  performance  (le niveau de vie des retraités grâce à leur pension),
  • La  durabilité  (la pérennité économique du système de retraite) et
  • L’intégrité  (la transparence du système de retraite et sa compréhension par les bénéficiaires).

Le pays leader c’est Danemark avec ces 78.9 points. La dernière place parmi les 30 pays examinés

Argentine (38.8). Afrique du sud (48.9), le seul pays africain est placé à la 24 e place entre l’Indonésie (49.9) et la Corée (47.1).

La synthèse des experts est commune  pour plupart des systèmes. « Sur le long terme, l’allongement de l’espérance de vie et le faible niveau des performances financières affectent la capacité de nombreux systèmes à offrir des prestations de vieillesse adéquates, que ce soit aujourd’hui ou dans les décennies à venir. » – A commenté Jacques Goulet, Président des activités Health et Wealth

L’une des plus grande partie de la question de la retraite est celle des maisons de retraite et dans la majorité des pays les maisons de retrait sont organisé sous deux formes : publiques et privées. Il y a aussi une classification de la maison de retraite :

  • Médicalisé ou pas
  •  la longueur du séjour : longue durée, temporaire, un accueil de jour
  •  les Unités de Soin Longues Durées (USLD), « hospices »
  • les Résidences avec Services ; etc.

Parlant de maison de retraite ce n’est pas que la question du choix financier ou économique mais  l’ aspect culturel qui entre en compte selon les  pays du monde et le point de vue sur la maison de retraite n’est pas identique.

Aux États-Unis, le public ne condamne pas autant la référence des retraités à de tels internats, mais soutient au contraire. On y croit que si une personne pour une raison quelconque ne peut pas vivre seul (par exemple prendre soin de lui-même, préparer à manger ou payer pour la maison), il est envoyé à une maison de retraite.

En Allemagne, les personnes âgées sont de plus en plus souvent envoyées dans les maisons de retraite. C’est une tendance réelle. Les jeunes ne se soucient généralement pas des vieux. Style de vie moderne avec les personnes âgées en charge n’est pas compatible. Il y a aussi des raisons pour lesquelles les gens envoient des personnes âgées dans de telles maisons : Pour   des soins professionnels pour les personnes malades.

En Israël et en Russie Les maisons de retraite sont assez communes,  dans ces deux pays il existe l’aspect culturel suivant lequel il n’est pas bien vu d’envoyer son grand père à la maison de retraite s’il  a ses enfants et les petits enfants. la tradition est  de prendre le soin des personnes âgées à intérieur de la famille.
En Chine comme en Israël ou en Russie, on méprise le fait que certains envoient leurs parents dans des maisons de retraite selon les sondages sur Internet, plus de 80% des Chinois s’opposent à l’envoi de parents à des maisons de retraite vu que la  culture chinoise enseigne aux gens à s’aimer les uns les autres et surtout à aimer les membres de leur famille plus âgée.

La Suisse a mis en place une méthode de soin à domicile pour les personnes âgées et les statistiques des maisons de retraite montrent que le coût de ces services est cinq fois inférieur à celui des établissements sociaux.

Article de la Rédaction AFRIC

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community