Association for Free Research and International Cooperation

Immigration clandestine : L’Europe comme réponse à la pauvreté

17.04.2020
Article de la rédaction AFRIC
Malgré les naufrages et accidents rencontrés pendant leurs voyages tumultueux, les jeunes africains caressent toujours le rêve d’une vie meilleure à l’occident. Avec Plus de 60 migrants clandestins de nationalité éthiopienne ont été retrouvés morts étouffés dans un conteneur mardi, 1er Avril dernier. Ce conteneur a été intercepté dans le Nord-ouest du Mozambique d’après les informations relayées par Africanews. En effet, d’après les propos du porte-parole du service d’immigration mozambicain, Direito, ce drame a été découvert par leurs agents lors d’un contrôle effectué sur la route de la province de Tete, en provenance du Malawi. 70 Citoyens migrants au total dont 64 morts asphyxiés cherchant à rallier l’Afrique du Sud plus, Johannesburg dans l’optique de trouver un emploi décent, selon l’Agence France presse AFP.

Plus tôt, ce sont 250 migrants qui ont été secourus la semaine d’avant, près de  Madama au Nord du Niger, près de la Libye, « abandonnés par leurs passeurs au milieu du Covid-19 » comme l’a souligné l’Organisation internationale pour les migrants OIM. De surcroît, le secours porté à 460 migrants dont sept femmes et quatre enfants bloqués dans le désert du Sahara en juin dernier, illustre la gravité de la situation. D’après les informations de BBC, «  depuis avril 2016, l’OIM a secouru près de 20000 migrants lors de ses opérations au Niger, avec une moyenne de sauvetage de 1.200migrants par mois ». Mais selon Martin Wyss, chef de mission, ces chiffres ne reflètent pas le terrain à suffisance. Il souligne que ces migrants proviennent de l’expulsion massive d’étrangers par l’Algérie.

 Et depuis  son accession à la magistrature suprême,  Donald Trump a fait de la lutte contre l’immigration son cheval de bataille. Non seulement il veut lutter contre l’immigration illégale, mais s’attaque aussi au droit d’asile. La preuve, Mercredi 11 septembre 2019, selon la presse américaine, la Cour suprême a validé une mesure de son administration prévoyant le rejet automatique de toute demande d’asile déposée par des migrants n’ayant pas sollicité d’abord le statut de réfugié au Mexique ou dans l’un des pays tiers traversés durant leur exil vers les Etats-unis.

L’Italie n’est pas en reste dans ce registre. Sa voisine la Malte et elle ont ouvertement repoussé le navire Aquarius, qui demandait juste à accoster. Quelques engrenages de clichés qui illustrent la détermination non seulement des africains à migrer vers l’Europe, mais le radicalisme des gouvernements étrangers à barrer la voie à l’immigration.

Les raisons de l’immigration

Selon Voix d’Afrique, le marché du travail ne croit pas assez rapidement pour accueillir les jeunes. Approximativement 10%  trouvent un emploi convenant à leurs capacités et nombreux baignent dans la souffrance à cause du minime salaire. Souvent, cette absence de travail crée un sentiment d’inutilité qui favorise la pratique du banditisme, de l’extrémisme etc.  Et le gouvernement devient la cible de frustration des jeunes. En outre,  le chômage et le sous-emploi obligent les jeunes à attendre longtemps pour obtenir un emploi décent, afin de subvenir à leurs besoins. La majorité des jeunes employés ont des emplois précaires Ils gagnent moins que le Smig. .. Pendant la conjoncture économique, comme c’est le cas avec la pandémie du Covid-19,  ce sont eux qui payent le tribu par les licenciements partiels. En Afrique subsaharienne, la plus grande difficulté est l’absence de structuration du marché de l’emploi où l’offre et la demande peuvent se compléter. Les entreprises ne créent pas suffisamment d’emplois vu les réglementaires coriaces dans l’embauche et le licenciement. De l’autre point de vue, le niveau de compétences et la formation  professionnelle des jeunes est faible. La discrimination à l’encontre des jeunes inexpérimentés, l’essoufflement de la croissance, un accès médiocre à l’apprentissage de base et bien d’autres difficultés sont réunis pour freiner l’accès à un emploi décent et ou à durée indéterminée.

Bien que l’administration soit l’auteure principale de cette défaillance d’emploi, les jeunes également ont leur part de responsabilité. De nos jours, beaucoup de jeunes convoitent le fauteuil administratif. Pourtant  l’entrepreneuriat à travers les activités agricoles ou non peuvent créer des emplois et nourrissent son homme sans anicroches salariales avec l’Etat. Mais plusieurs africains n’aspirent pas à un effort physique. C’est certainement dans cette logique et pensant que l’Europe c’est le paradis comme l’a si bien dit une artiste camerounaise, d’aucuns acceptent se faire violence pour émigrer vers l’Europe à tous les prix. Ainsi, on assiste à des scènes macabres dans la mer, des pertes en vies humaines dues à la déshydratation dans le désert et sur le chemin de l’Europe.

   Cette façon de penser s’est fait ressentir dans les fichiers mexicains « Entre janvier et mai 2019, 2744 personnes originaires de l’Afrique ont été arrêtées » d’après la presse américaine. Un chiffre qui selon ladite presse, est trois fois plus qu’en 2018 et dix fois plus qu’en 2008 à la période. Ce qui n’a guère empêché au  président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador de créer 400 postes de travail pour les migrants désireux de s’installer dans le Sud du pays, dans l’optique de faire du Mexique « un pays de destination et non un pays de transit » a indiqué l’Etat mexicain. Intention appuyée par Gustavo Gascon, représentant au Mexique de l’OIM.  

 

De belles initiatives qui ne semblent pas convaincre les migrants. Car, selon le Figaro, c’est le moyen adéquat de rapatrier le plus facilement les migrants. Or, leur objectif principal est de s’installer au Mexique, plus aux Etats-unis, afin de trouver un emploi décent pour pallier aux besoins de leur famille.  De ce fait, les africains n’entendent pas de se faire intimider. Et comme Marvik, camerounais approché par notre confrère, ils sont désormais des milliers d’Africains, notamment des Angolais, Congolais ou des Camerounais à explorer les chemins dangereux du continent américain en passant par l’Equateur, pour rallier les Etats-unis ou au Canada.

Il est à noter que le flux migratoire de la Libye pour l’Europe a connu une baisse considérable depuis le pic de 2017 qui est quitté de 150000 par an à moins de 10000, d’après la presse américaine. Cela est certainement dû aux mesures drastiques prises par le gouvernement nigérian qui a voté une loi amère  en 2015 qui condamne le trafic de migrant passible de peines pouvant s’étendre jusqu’à 30 ans d’emprisonnement. En 2008, le gouvernement de Rafael Correa, alors président de l’Equateur a supprimé les formalités de visa touristique pour toutes les nationalités. Et si la question est encore discutée dans les tribunaux américains, et pourrait revenir devant la Cour suprême dans les prochains mois, cette décision, prise par 7 voix contre 2 empêché les nombreux migrants centraméricains de déposer une demande d’asile aux Etats-unis, sauf si une demande préalable a été déposée, et rejetée dans un pays tiers.

L’Espagne, l’Italie et la Grèce considéré comme « ‘ terre promise »

Ce pays s’est engagé à recevoir quinze migrants secourus en Août 2019 par l’Open Arms en Méditerranée centrale. C’était dans le cadre d’un accord de répartition des migrants à bord de ce navire humanitaire conclu avec la France, le Portugal, le Luxembourg et l’Allemagne. Ces quatorze hommes et une femme originaires de sept pays africains entre autres le Nigeria, la Gambie, le Liberia etc étaient restés bloqués pendant vingt jour en mer  avec des dizaines d’autres migrants sur le pont du bateau plein, en raison du refus du ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini (extrême droite) de les laisser débarquer en Italie. Le 20 août, Madrid capitale politique de l’Espagne, avait initialement envoyé un navire militaire pour récupérer tous les migrants à bord. Mais la justice italienne avait finalement ordonné leur débarquement à Lampedusa. 

Dans un communiqué du vendredi 20 Août 2019, le gouvernement espagnol dit avoir pris en compte ses deux objectifs principaux en matière de migrations et de sauvetages en mer à savoir : assurer la sécurité et la sauvegarde des personnes et faire en sorte que l’Europe assume une politique commune, ordonnée et solidaire s’agissant des migrations. Cette décision porte ses lettres de noblesse aujourd’hui. Le pays est plus que jamais sollicité par les migrants africains vu son hospitalité et sa politique humanitaire. 

L’Espagne se revendique d’ailleurs d’être le pays qui effectue le plus de sauvetages en Méditerranée, ayant secouru plus de 50 000 personnes l’an dernier et plus de 10.596 jusqu’au 31 juillet 2019. Mais regard de sa bonne action, le flot de migrants vers la péninsule ibérique a curieusement diminue. Le ministère de l’Intérieur a justifié cette baisse d’immigration clandestine par le fait que depuis janvier 2019,  14591 migrants sont arrivés par la mer en Espagne dont 42,5% de moins que l’an dernier. Notons qu’il s’agit de la ‘’ neuvième fois’’ que l’Espagne se transforme en terre d’accueil de manière exceptionnelle pour des raisons humanitaires, depuis juin 2018 de 549 dès 629 migrants du navire Aquarius. En guise de reconnaissance, l’Espagne pays d’intercession, est devenue la première porte d’entrée en Europe de l’immigration clandestine. Mais selon l’Organisation Internationale des migrants OIM l’Espagne a été dépassée cette année par la Grèce.  Qu’à cela ne tienne les gouvernants africains et assimilés devraient renforcer le système éducatif  en assurant aux jeunes un maximum de compétences pour l’apprentissage tout au long de leur carrière. Aussi améliorer les compétences liées à des technologies précises et les approfondir par la suite dans les lieux de service. 

Article de la rédaction AFRIC

Photo credit : google image/illustration

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community