Association for Free Research and International Cooperation

Etats-Unis: Cesar Sayoc, arrêté dans l’affaire des colis suspects

27.10.2018
Un suspect a été arrêté vendredi 26 octobre par la police fédérale américaine dans l'enquête sur les treize colis suspects adressés à des personnalités anti-Trump.

Le suspect arrêté vendredi dans l'affaire des colis suspects a été inculpé de cinq chefs d'accusation, a indiqué lors d'un point presse le ministre américain de la Justice Jeff Sessions. Il risque jusqu'à 48 ans de prison. Lors de cette même conférence de presse, le chef du FBI Christopher Wray a précisé que 13 engins explosifs avaient été envoyés à travers les Etats-Unis. « Il pourrait encore y avoir d'autres paquets », a-t-il prévenu.

L’homme interpellé s’appelle Cesar Sayoc. Ses empreintes ont été retrouvées sur au moins un des colis. Agé de 56 ans, il était déjà connu des services de police pour avoir notamment en 2002 menacé d’activer un engin explosif. Une camionnette blanche qui pourrait être la sienne a également été saisie, indique notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier. Ses vitres étaient entièrement recouvertes de photos et d’autocollants à l’effigie de Donald Trump, mais aussi montrant une cible placée sur Hillary Clinton ou Barack Obama, ou encore insultant la chaîne d’information CNN. « Il est trop tôt pour parler des motivations du suspect », a cependant prévenu le directeur du FBI.

Fervent supporteur de Donald Trump

Même s’il était souvent confus et décousu, c’est pour l’heure ses interventions sur les réseaux sociaux qui dessinent le portrait de Cesar Sayoc, rapporte notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier. Il dit avoir fait des études vétérinaires, mais l’université indique qu’il a seulement postulé ; il prétend travailler dans le domaine du spectacle mais ses activités restent encore floues, tout comme ses origines. Il fait notamment souvent référence à une tribu amérindienne. Ce qui apparaît surtout en étudiant ses messages et les photos postées, c’est qu’il se présentait comme un fervent supporteur de Donald Trump, qu’il était allé voir en meeting. Mais aussi qu’il était obsédé par quelques-uns des adversaires du président, puisqu’il avait évoqué la plupart des personnalités ciblées cette semaine.

Il s’agit de la première arrestation depuis le début de l’enquête sur les colis suspects adressés à des personnalités anti-Trump, parmi lesquelles l’ancien président démocrate Barack Obama, l’ex-candidate à la présidentielle de 2016 Hillary Clinton ou encore l’acteur Robert de Niro, féroce détracteur du président américain.

Trump déplore l’impact sur la « dynamique » républicaine

Dans une brève prise de parole à la Maison Blanche, Donald Trump a salué « le travail incroyable » de la police fédérale. « Les Américains doivent s’unir. Nous devons montrer au monde qu’en tant que citoyens américains, nous sommes unis, ensemble, dans la paix, l’amour et l’harmonie, a-t-il également déclaré. Nous ne pouvons laisser la violence politique prendre racine en Amérique et je m’engage à faire tout ce qui est en mon pouvoir en tant que président pour y mettre fin. »

lire l’intégral de cet article ici.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community