Association for Free Research and International Cooperation

Smart cities: le nouveau modèle pour un développement durable optimal

02.03.2020
Article de la rédaction AFRIC
Selon des recherches des Nations unies, la population urbaine mondiale devrait augmenter de 63% entre 2014 et 2050. Cette augmentation rapide se produit principalement dans les villes urbaines qui accueillent tous les jours des milliers de personnes en provenance des zones rurales. En Afrique ces zones rurales sont caractérisées par un niveau de vie difficile, manquant d'équipements de base tels que l'eau potable, d'assainissement adéquat, d’une éducation de qualité, des services de santé. 828 millions de personnes vivant dans les zones rurales ont déménagé dans les villes urbaines en 2015, ce nombre augmente de 6 millions chaque année. Les besoins fondamentaux qui ne sont pas satisfaits dans les zones rurales font que la population jeune considère l'urbanisation comme la seule voie à suivre. Une tendance qui entraîne une pression et des défis intenses dans les centres urbaines, en raison de la montée des inégalités entre les deux contextes. Le chômage, les problèmes de logement, la circulation et la congestion humaine, la violence et la criminalité sont souvent considérés comme le résultat de l'urbanisation.

Cependant, la vie urbaine offre de formidables opportunités car 80%s de la productivité et du produit intérieur brut se crée dans les villes, que ce soit le développement économique, le développement humain, de meilleures conditions de vie, tout se passe dans les villes.
Les habitants des villes gagnent 4 fois le revenu de leurs homologues ruraux, connaissent des niveaux de productivité élevés et bénéficient des équipements de base. Une analyse de la Banque mondiale de 750 villes dans le monde entre 2005 et 2012 révèle que la croissance économique dans 72% des villes a dépassé leurs économies nationales respectives, alors qu’en 2025, les 600 premières villes du monde devraient représenter 60% du PIB mondial . Cette tendance nécessite néanmoins une meilleure approche, la société doit être équipée pour accueillir cette croissance afin que nous puissions en profiter pleinement.

Les villes urbaines sont considérées comme des terrains du développement durable, le développement durable est celui qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Cela devrait être le fondement de toutes les innovations dans les sociétés l’orque on parle de : développement socio-économique, de consommation et de production de ressources naturelles, de changements climatiques, d’inclusion sociale, de gouvernance responsable, de santé publique, d’énergie et de transport durable.

Le développement durable est donc une évolution vers des villes intelligentes, qui sont par définition des logements qui se concentrent sur leurs citoyens en utilisant la technique, la collaboration et une approche innovante pour devenir efficace, attrayant et productif.L’urbanisation durable est devenue un élément-clé du développement ces derniers temps. Les sociétés du 21e siècle se sont attachées à assurer la durabilité et à améliorer la qualité de vie grâce aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Un mix qui a donné naissance aux villes intelligentes, définit le nouveau modèle de développement durable optimal.
L’incorporation des techniques numériques dans notre système d’urbanisation qui comprend des bâtiments intelligents, des écoles, des entreprises, des systèmes de transport, de la santé, des espaces publics, renforceront le développement en Afrique, en relevant les défis et en améliorant le niveau de vie.

Les villes africaines peuvent tirer parti des éléments telles que les métas données, l’Internet des objets, le cloud computing, l’intelligence artificielle, pour créer de nouvelles villes intelligentes mais aussi améliorer les infrastructures et services existant dans nos villes actuelles. Cela réduira les limites du développement rural car, Les zones rurales pourront elles aussi puiser dans ces innovations d’infrastructures pour s’éclairer, optimiser leurs techniques agropastorales au lieu de migrer vers les grandes villes.

Sur les fronts environnementaux, l’utilisation des techniques numériques peut aider de diverses manières en Afrique. L’utilisation de la technique va aider à réduire les émissions de carbone et proposer une utilisation intelligente de l’énergie dans les villes. Les villes produisent 70% de toutes les émissions de CO2, et sont désormais confrontées au défi d’assurer à leurs citoyens une vie de qualité tout en s’éloignant des combustibles fossiles. L’objectif de la politique énergétique de l’Union européenne pour 2020 est de consommer 20% d’énergie en moins, portant la part des énergies renouvelables à 20%. Cet objectif peut être facilement atteint grâce à l’introduction de systèmes énergétiques intelligents. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), près des trois quarts de la capacité totale de production installée en Afrique proviennent de combustibles fossiles, le charbon représentant 35%. Assez inquiétant, cependant, les villes africaines peuvent canaliser leurs ressources vers l’utilisation de l’énergie intelligente pour sauver la situation. Certains pays africains ont déjà pris l’initiative qui donne de meilleurs résultats pour leurs villes. La Tanzanie a été l’un des premiers pays à introduire une plateforme de paiement en ligne qui a aujourd’hui révolutionné le secteur bancaire, le Sénégal est devenu un leader dans le déploiement de microréseaux, L’Éthiopie prévoit de devenir le premier producteur d’énergie éolienne en Afrique; Le Kenya est le leader du marché solaire hors réseau, et l’Afrique du Sud est le plus grand investisseur de la région dans les nouvelles lignes de transmission selon (Frost & Sullivan 2018).

Les deux tiers de la population mondiale vivront dans les villes d’ici 2025, la nécessité socio-économique y sera inévitablement, la création de villes intelligentes est certes infrastructurelle mais elle doit être s’accompagne d’une évolution de mentalités. Les villes intelligentes peuvent facilement se traduire par des citoyens intelligents et des environnements commerciaux intelligents. Il y aura des opportunités de générer des revenus, et un environnement orientés métier basé sur des données. Ces données pourront aider à prendre de meilleures décisions, à trouver des talents utiles au développement du patrimoine des cités et à créer des solutions aux problèmes du commerce anarchique.
L’objectif final étant de réduire la pauvreté, le chômage et favoriser une « augmentation des revenus, conduisant finalement à un meilleur indice de qualité de vie. Une feuille de route bien conçue pour les villes intelligentes comme la soulignée les experts de chez AFRIC dans le rapport Africa 2040 visions of future, peut aider de nombreuses villes d’Afrique à atteindre cet objectif.

Les villes en Afrique sont a raison considérées comme le centre du pouvoir économique et dans une moindre mesure politique. Avec des plans bien pensés pour les villes, les pays ne peuvent qu’avoir un impact économique mondial. Le programme des villes intelligentes présente d’énormes avantages qui peuvent améliorer le développement et la qualité de vie en Afrique. Les techniques et applications intégrées dans les villes peuvent aider à lutter contre la criminalité et à améliorer d’autres aspects de la sécurité publique, rendre le marché du travail efficace, servir de catalyseur pour une meilleure santé, rendre les déplacements quotidiens plus rapides et moins frustrants ;

Ses avantages sont infinis cependant, le développement des villes intelligentes est difficile et le processus peut prendre un certain temps à mettre en œuvre. Les citoyens devront s’adapter à ce changement, en se préparant à opérer des changements de mentalité, de comportement. Les gouvernements et les organisations doivent collaborer, proposer des discours et des solutions qui viendront remédier à notre manque de capacité en matière de durabilité urbaine en élaborant un plan d’action réalisable. Il faudra le leadership, les incitations, le dévouement et une vision du gouvernement claire. En tant que continent, nous devons nous attaquer à notre faible capacité de recherche, ce qui peut entraver la contextualisation nécessaire à l’agenda de la ville intelligente, renforcer les réformes législatives, les politiques et institutions médiocres, fournir un environnement commercial convivial et des politiques fiscales qui peuvent soutenir et stimuler la création d’entreprises, en particulier chez les jeunes entrepreneurs. On estime que plus de 500 millions de jeunes seront actifs sur le marché africain d’ici 2040. Et l’Afrique reste le continent d’investissement le plus rentable au monde, le continent serait plus avantagé si nous nous attaquons à ces problèmes avant de déployer la smart initiative des villes.

L’énergie est également essentielle dans chaque développement national, l’expert Clifton Elis coordinateur du forum ‘’Africa 2040  » tenu à Berlin en 2019 réitérait que le soutien des gouvernements est fortement requis. Car en fournissant un engagement inébranlable envers le développement énergétique, sans politisation des projets d’envergure, en ayant des marchés transparents et clairs, (grâce à la création d’un terrain libéral pour les investisseurs) étaient des conditions qui permettront d’en tirer une plus de plus-value.

En tant que continent, nous devons nous ressaisir avant de déployer des initiatives Smart cities. Le nom lui-même ,Smart peut être traduit par Spécifique, Mesurable, Réalisable, pertinent et limité dans le Temps. Les dirigeants africains devraient donc déployer des plans d’action et des politiques en adéquation avec notre environnement, notre culture et nos traditions. L’initiative des villes intelligentes est la porte d’entrée vers la prospérité en Afrique, mais  si nous ne sommes pas SMART dans nos actions, l’agenda des villes intelligentes ne serait qu’un mot, et jamais une réalité à apprécier.

Article de la rédaction AFRIC

Photo Credit : google image/illustration

 

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community