Association for Free Research and International Cooperation

English English French French Portuguese Portuguese

Centrafrique : Khartoum et Moscou invités dans la résolution de crise

24.10.2018
La surexcitation provoquée par l’auto-implication des russes dans le processus de paix en Centrafrique n’aura duré que très peu. Le gouvernement a tranché. Plus rien ne s’oppose à l’implication de Khartoum et de Moscou dans la recherche de la paix en RCA.

De mémoire, le 8 septembre dernier une initiative du Soudan voisin de la Centrafrique appuyée par la Russie a permis de regrouper à Khartoum quatre des 14 groupes armés qui sévissent sur le territoire centrafricain. Il s’agit du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC) de Nourrédine Adam, l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC) de Ali Darass, le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) de Mahamat Alkatim et l’aile Anti-Balaka de Maxime Mokom.

Cette initiative a réveillé la jalousie des russo-phobes  en série qui voient en cela un stratagème russe visant à ravir la vedette à l’Union africaine (UA) dont le panel des facilitateurs est d’ores et déjà à pied d’œuvre. Le gouvernement centrafricain a juste pris le temps de déduire que la paix n’a pas de prix. Et qu’à ce titre, tout se qui se concocte dans le sens de ramener la paix en RCA est la bienvenue. Pourvu que cela soit sincère et indexé sur l’existant, à savoir l’initiative de l’UA pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine. D’ailleurs, si les Nations-Unies ont rejoint l’initiative africaine et que la Russie et le Soudan sont membres de l’ONU, il n’y a pas de raison pour que ces pays  soient les dindons de la farce. Et, si des raisons inavouées sous-tendent un tel ostracisme, la RCA n’a rien à y voir. L’essentiel pour ce pays est d’accueillir à bras ouverts toute sollicitude exprimée par des amis.

Le week-end dernier, le gouvernement a tranché.  Par conséquent,  même en sourcillant, les russo-phobes seront obligés de composer avec l’initiative complémentaire de Khartoum.

Sur le plan géostratégique, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et le pays de Poutine se sont neutralisés, une fois de plus. Il y a 2 mois, l’Union  européenne (UE), quand bien-même la sécurité de Touadéra est assurée par les russes, a élargi  ses actions au domaine de la sécurité à la présidence de la République centrafricaine, un télescopage volontaire qui correspond à s’y méprendre à une volonté de contrôler les actions de la Russie  autour de la personne de Touadéra. A leur tour, les russes ont remporté leur paire de manche. Dorénavant, ils peuvent avoir l’œil regardant sur le tripatouillage éventuel des occidentaux via l’UA dans le cadre du fameux dialogue.

En revanche, en se marquant à la culotte les uns et les autres, occidentaux et russes font engranger les profits à la RCA. Car, le contrôle des uns sur les autres dissuade les plus fumistes.

 

 

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community