Association for Free Research and International Cooperation

Washington/Moscou : vers de nouvelles tensions à propos du nucléaire

21.10.2018
Donald Trump a confirmé que les Etats-Unis sortaient du traité INF sur la réduction des armes nucléaires de moyenne portée, conclu avec Moscou durant la Guerre froide. Le président a aussitôt annoncé que Washington allait développer de telles armes.
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a jugé dangereux le retrait américain du traité nucléaire INF, signé avec la Russie en 1987. Il a souligné son importance pour la sécurité internationale.

«La Russie n’a pas respecté le traité, nous allons donc mettre fin à l’accord», a déclaré le 20 octobre le président américain Donald Trump devant des journalistes, à propos du traité INF («Intermediate Nuclear Forces Treaty») sur les armes nucléaires de portée intermédiaire. Et le locataire de la Maison Blanche d’ajouter que les Etats-Unis allaient désormais «développer ces armes».

Ce traité a été signé en 1987 par les présidents américain et soviétique de l’époque, Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev. En abolissant l’usage de toute une série de missiles d’une portée variant de 500 à 5 500 km, il avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires, ciblant les capitales occidentales.

Le 19 octobre, le journal britannique The Guardian rapportait que le conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, poussait justement le président des Etats-Unis à quitter ce traité.

– – – – – – –

La Russie a déclaré à plusieurs reprises qu’elle continuerait à respecter scrupuleusement le traité INF aussi longtemps que les Etats-Unis le feraient. Pour autant, le président russe Vladimir Poutine avait prévenu en octobre 2017 que tout retrait de Washington de l’accord provoquerait une mesure équivalente de la part de Moscou.

Le retrait américain, annoncé le 20 octobre par le président Donald Trump, du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF), signé avec la Russie en 1987 pendant la guerre froide est un «pas dangereux», selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

«Cela serait un pas très dangereux qui, j’en suis sûr, ne sera pas compris par la communauté internationale et va même attirer de sérieuses condamnations», a déclaré Sergueï Riabkov le 21 octobre, cité par l’agence publique russe TASS. Il a en outre rappelé que ce traité était «significatif pour la sécurité internationale et la sécurité nucléaire, pour le maintien de la stabilité stratégique».

Le sénateur Konstantin Kossatchev, président du comité des Affaires étrangères du Conseil de la fédération de Russie, la chambre haute du Parlement russe, a pour sa part jugé que la décision pouvait être considérée comme s’inscrivant dans une méthode de «chantage continu» de la part de Washington. Le sénateur s’est inquiété qu’une telle attitude ne mène l’humanité au «chaos complet en termes d’armes nucléaires».

«En cas de sortie des Etats-Unis [du traité INF], tout le système de stabilité stratégique dans le monde sera attaqué de plein fouet. Le premier coup dur a été le retrait des Etats-Unis du Traité ABM en 2001», a rappelé sur son compte Twitter le sénateur russe Alexeï Pouchkov. Le traité ABM (en anglais Anti-Ballistic Missile) avait été signé à Moscou le 26 mai 1972 dans le cadre des négociations sur la limitation des armes stratégiques. Les Etats-Unis ont annoncé leur retrait officiel de cet accord le 13 décembre 2001 et en sont sortis effectivement le 13 juin 2002.

Sources Article : francais.rt.com

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community