Association for Free Research and International Cooperation

Burkina Faso: l’explosion d’un minibus transportant des élèves fait au moins 14 morts

05.01.2020
Lire l'original de l'article sur: rfi.fr/afrique
Au Burkina Faso, au moins quatorze civils ont été tués, ce samedi 4 janvier, dans l’explosion d’un minibus. Un engin explosif improvisé a sauté au passage du véhicule qui transportait une vingtaine de passagers parmi lesquels de nombreux élèves, selon une source sécuritaire.

C’est vers 9h00 que l’explosion s’est produite, selon plusieurs sources sécuritaires. Le drame a eu lieu sur l’axe Toéni-Tougan, entre les villages de Donkou et Dagalé, dans la région de la Boucle du Mouhoun, au nord-ouest du pays. Un engin improvisé a explosé au passage de plusieurs véhicules de transport.

« Il y avait trois véhicules dans le convoi », selon une source gouvernementale. Ces minibus avaient à leur bord plusieurs passagers et parmi eux de nombreux élèves. « Ces élèves revenaient de leurs villages après les fêtes de fin d’année et regagnaient leur localité d’études », raconte une autorité administrative.

Seul un minibus a été touché par l’explosion de la mine artisanale. Selon un bilan provisoire fourni par le ministre de la Communication, quatorze personnes sont décédées. Parmi ces victimes figurent sept élèves et quatre femmes. L’on enregistre également dix-neuf blessés dont trois cas jugés « grave » selon la même source.

Une autorité administrative annonce que les blessés ont été évacués dans un centre médical avec antenne chirurgicale de Tougan pour des soins appropriés, selon le ministre de la Communication Remis Dandjinou. Dans un communiqué, le gouvernement condamne « cet acte lâche et barbare qui vise à mettre à mal le moral des populations ».

Selon le ministre de l’Education nationale, les transporteurs n’ont pas respecté les consignes de sécurité. Le groupe d’action rapide, de surveillance et d’intervention, une unité des forces armées burkinabè, avait entamé une opération de sécurisation de l’axe suite à des menaces. Et il était interdit à tout transporteur d’emprunter la voie. « Contre toute attente, précise le ministre Stanislas Ouaro, les 3 cars ont pris la route sans que des informations ne les y autorisent ».

L’état d’urgence est en vigueur dans la province du Sourou où a eu lieu cette nouvelle attaque contre des civils. Début décembre 2019, les forces armées burkinabè affirmaient avoir neutralisé une vingtaine de terroristes suite à l’attaque simultanée des détachements militaires de Toeni et de Bahn.

Lire l’original de l’article ici.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community