Association for Free Research and International Cooperation

Le ballon d’or n’aime-t-il pas les africains ?

15.12.2019
Article de la rédaction AFRIC
L'année 2019 pour de nombreux africains fans du ballon rond, devait être celle de la consécration pour les joueurs africains en lice pour le titre de Ballon d'Or. Dans la liste des 30 joueurs sélectionnés par la FIFA figuraient les noms de 05 footballeurs issus du continent à savoir Sadio Mané, Mohammed Salah, Riyad Marhez, Pierre Emerick-Aubameyang et Kalidou Koulibaly. Une première !
Mais au soir du 02 décembre, c'est bel et bien l'argentin Leonel Messi qui a été désigné lauréat de cette 64e édition et ce pour la 6e fois. Pour les africains qui avaient fondé leurs espoirs sur Mané et compagnie, la déception est grande d'autant plus qu'aucun des cinq ambassadeurs du continent ne figure sur le podium composé au finish de Leonel Messi , Virgil Van Dijk et Cristiano Ronaldo . Ce verdict très contesté surtout du coté de l'Afrique a remis au goût du jour, la polémique sur la stigmatisation dont seraient victimes les joueurs africains ainsi que les motifs réels qui orientent le choix du jury composé de journalistes spécialisés.

Depuis 1995  année de consécration du libérien George manneh weah, l’Afrique court toujours après le fameux prix crée en 1956 par le magazine France Football et qui récompense le meilleur footballeur de l’année. Près de 24 ans après l’épopée Weah , de nombreux joueurs africains se sont pourtant démarqués sur la scène internationale. Alors que tous chérissent le même rêve, malgré leur statu de stars planétaires aucun d’entres eux n’ a malheureusement pu succéder au libérien . Malédiction , théorie du complot, injustice ou simple victimisation les avis évoqués ça et là  pour justifier cette déconvenue sont multiples .

Mané, la grosse désillusion

Au coté de Leonel Messi, Cristiano Ronaldo, Virgil Van Dijk, Harry Kane, Matthijs de Ligth, Eden Hazard, Kylian Mbappé, Frenkie de Jong, et  Mohamed Salah, l’attaquant sénégalais de 27 ans faisait pourtant figure de favoris. De quoi nourrir un vieux rêve qui a vite viré au cauchemar car l’enfant de Bambali est tombé au pied du podium , le jury ayant préféré aligner devant lui l’argentin Leonel Messi , le Néerlandais Virgil van Dijk et le Portugais Cristiano Ronaldo. Auteur d’une belle saison avec le club anglais Liverpool, Sadio mané selon de nombreux analystes avait pourtant  des arguments convaincants pour prétendre au trône.

L’international sénégalais doit  sa place dans cette short list  de la FIFA  à ses performances qui ont fait de lui le Co-meilleur buteur de premier league avec 22 réalisations, vainqueur du championnat anglais et de la league des champions avec Liverpool et Vice champion d’Afrique avec les Lions de la Teranga. Un carton plein en club comme en équipe nationale mais pourtant jugé insuffisant à   tort ou à raison par les votants qui ont préféré récompenser le génie du FC Barcelone  (Champion d’Espagne, meilleur buteur de la Liga avec 36 buts et de la Ligue des champions  avec 12 buts).

Pourtant s’il faille considérer le choix des éditions précédentes,  un argument de taille pesait en faveur du lion de la Teranga. En effet depuis 2014,  le lauréat du ballon d’or est un joueur vainqueur de la ligue des champions notamment Cristiano Ronaldo en 2014,  2016, et 2017 , Leonel Messi en 2015 et Lucas Modric en 2018. Une règle dérogée cette année.  Mais pour les âmes avisées ce résultat bien que surprenant était déjà prévisible compte tenu de l’étonnante absence  de Mané et Salah sur le podium du FIFA THE BEST en septembre en dépit de leur superbe saisons avec Liverpool . Les 154 votes obtenu par Mané le relègue non seulement  au 4e rang mais font également de lui le 2e joueur africain après l’ivoirien Didier Drogba  à occuper cette position.

Des critères  de choix  ambigües

Selon une certaine opinion, la  non consécration de Mané trouve ses origines ailleurs que dans les critères purement sportifs. L’ancien international sénégalais  Habib Beye et Cheikhou Kouyaté coéquipier de Mané en équipe nationale sont d’ailleurs les premiers a être monté au créneaux. S’insurgeant contre le choix final des jury, ils pointent tous deux  du doigt les origines africaines du joueur comme étant le principal élément l’ayant défavorisé.

Si le premier soutient mordicus au micro de Canal+ Afrique qu’il ne s’agit pas de  victimisation mais que Mané est bel et bien 4e parce qu’il est africain, le second dans les colonnes du media britannique  Mirror indique que si l’attaquant sénégalais  était Brésilien ou Européen, il n’y aurait tout simplement pas  débat. D’autres analyses vont plus loin et s’indignent du manque de solidarité des africains qui ont porté leur choix sur l’argentin Leonel Messi alors que le continent avait cinq concurrents. Alors que le néerlandais Van Dijke est classé 1er en Europe ,  idem pour Messi en Amérique du Sud, Sur les 40 pays africains ayant droit au vote, sauf 08 (Gambie, Niger, Algérie, Djibouti, Burkina Faso Guinée, Sénégal ) ont octroyé la première place au lion de la Teranga. Un manque de solidarité africaine que déplorent  les anciens internationaux Ferdinand Coly et Samuel Eto’o Fils.

«  Cela dit, j’ai toujours considéré que le football africain n’était pas très solidaire. De 2010 à 2016, les sélectionneurs et les capitaines des sélections nationales affiliées à la FIFA faisaient partie du jury du Ballon d’or, aux côtés des journalistes, et je n’ai jamais vraiment ressenti une grande solidarité des Africains. » (Ferdinand Coly)

 « Pourquoi tant de jalousie entre nous africains ? Pourquoi cette jalousie mal placée ? Si nous ne nous apprécions pas, les autres ne le feront pas à notre place. C’est juste dommage si tout les africains votaient pour les africains on auraient eu plusieurs meilleurs joueurs jusqu’à présent. » ( Samuel Eto’o)

L’attaquant camerounais met également en exergue la responsabilité des medias. Car selon lui les medias africains sont dominés par les medias occidentaux  qui accordent plus d’intérêts aux réalisations de Messi que celles de joueurs africains. Le milieu de terrain ivoirien Yaya Touré qui parle également d’injustice envers les joueurs africains en ce qui concerne l’attribution du ballon d’or situe le problème au niveau du racisme qui existe selon lui au sein de la FIFA.

« Depuis la création du ballon d’or, combien d’africain l’ont gagné ? Un seul et c’est une honte. Souvent j’entends dire que lors des années mondiale et d’Euro , le vainqueur du ballon d’or doit faire partie des équipes vainqueurs. Et la CAN dans tout cela ? On compte pour du beurre de karité ? Je suis énervé, désappointé. Encore une fois je respecte Messi, Ronaldo et Neymar…mais eux comme Platini, Blatter, le chauve qui fait des boules et même le prince Ali, moi je les bouffe tout cru ! »

Pour la légende sud-africaine Benni McCarthy, il faut chercher les raisons de cette stigmatisation du joueur africain dans l’existence de lobbying du football business qui ont un penchant pour des joueurs qui jouissent d’une réputation de super stars et dont l’image est utilisée a des fins commerciales. Ceux là  forcement font de l’ombre aux joueurs épris de talent comme Mané mais jugé un peu trop «  normaux »  et dont le caractère trop «  simplet  »   n’a rien  à voir avec le coté   bling-bling , strass et paillette que renvoient des footballeurs comme Neymar et Cristiano Ronaldo.

Ainsi selon Benni Mc Carthy de nombreuse stars africaines dont Nwankwo Kanu et  Augustine  Okocha ont été snobés dans le passé pour le prix du meilleur joueur de l’année parce qu’ils ne sont pas des vaches à lait.« Nous ne sommes pas accrocheurs en Europe. Ils recherchent des joueurs plus lucratifs capables de faire vendre des journaux et des magazines.  »

Les joueurs africains toujours au pied du podium

Bien avant Mane, l’Ivoirien Didier Drogba, classé quatrième en 2007 et le camerounais Samuel Eto’o , cinquième en 2009, sont les premiers joueurs africains a avoir raté de prêt le podium. Le meilleur classement du gabonais Aubameyang reste la 11 place en 2016. Année durant laquelle il fut le meilleur joueur de la Bundesliga.

Cette meme année, l’algérien Riyad Mahrez alors meilleur joueur du championnat anglais a également avec la 7e place obetenu son meilleur classement. Le Ballon d’or 2019 a  aussi rapproché du podium l’égyptien Mohamed Salah qui a hérité cette fois de la 5e place juste derrière son coéquipier en club . Le milieu de terrain ivoirien Yaya Touré considéré comme l’un des meilleurs à son poste n’est quant à lui jamais allé au delà de la 12e place obtenue à deux reprises (2015 et en 2012).

Eto’o, un africain qui méritait au moins un ballon d’or selon mourhino

l’un des plus gros scandales en ce qui concerne l’attribution du ballon d’or reste celui discerné en 2006  au défenseur italien Fabio Cannavaro . De l’avis de nombreux spécialistes du ballon rond dont Zinedine Zidane, l’attaquant camerounais Samuel Eto’o méritait de remporté ce prix cette année. La 6e place qui lui est attribué est surprenante au vue de l’incroyable saison réalisée cette année avec le Barca. Vainqueur de la Liga et de la ligue des champions ( buteur lors de la finale) ,   l’attaquant camerounais s’était également adjugé cette année le titre de meilleur buteur du championnat espagnol ( 26 buts) ainsi que celui de meilleur attaquant de la Champions League.

Samuel Eto’o est incontestablement l’un des meilleurs attaquants de sa génération. Avec à son actif trois Ligues des champions (2006 ,  2009) ,  deux Coupes d’Afrique des nations (2000 et 2002), une Coupe du monde des clubs (2010 ), trois  championnats d’Espagne ( 2005, 2006 et 2009), un Championnat d’Italie en 2010 ,  deux Copa del Rey ( 2003 et 2009 ),  deux Coupes d’Italie ( 2010 et 2011) , deux  Supers Coupes d’Espagne,  (2005 et 2006) et une Super Coupe d’Italie (2010)  Eto’ est un joueur au talent phénoménal mais qui n’ a malheureusement jamais été élu ballon d’or.

L’entraineur portugais José Mourinho qui a coaché le camerounais à l’Inter Milan en Italie puis à Chelsea en Angleterre  a d’ailleurs fait savoir dans une interview accordée à la radio camerounaise qu’il ne comprend toujours pas  pourquoi  Samuel Eto’o n’a jamais remporté le Ballon d’or au vue de l’impressionnante carrière qu’il a eu.« C’était le meilleur buteur du monde pendant plusieurs années et je pense qu’il méritait un Ballon d’Or, mais ce sont des choses hors de notre contrôle.  »

Le libérien Georges Weah restera encore le seul footballeur africain lauréat du Ballon d’or et ce malgré le nombre impressionnant de joueurs africains qui se sont démarqués par la suite. L’ex attaquant de Tonnerre de Yaoundé reconverti en homme politique est  pour ceux qui l’on côtoyé de prêt,  un  homme au grand cœur, dont la notoriété n’a pas seulement pour unique fondement ses talents  physiques , techniques et tactiques de joueur, mais également son humanité , sa sympathie et sa grande générosité. Des atouts qui ont peut être fait la différence !

Article de la rédaction AFRIC

Photo credit : google image/illustration

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community