Association for Free Research and International Cooperation

RDC: après la catastrophe, l’urbanisme de Kinshasa pointé du doigt

28.11.2019
Lire l'original de l'article sur: rfi.fr/afrique
Au moins 41 personnes sont mortes la nuit de lundi à mardi, essentiellement dans les communes de Lemba et Mont Ngafula, sur les auteurs de la capitale. Les autorités entendent démolir les constructions anarchiques dans les secteurs inondées mais les sinistrés ne partiront pas sans assurance.

Le regard perdu sous une bicoque aux abords d’une terre marécageuse, Caroline craint pour sa vie au lendemain d’inondations qui ont emporté sa maison. Rescapée, elle reste là, sur place sans savoir où aller : « Il n’y a plus d’espace de vie ici mais j’attends quand même car je n’ai nulle part où aller vivre, on a tout perdu. On a échappé à la mort ici, c’est une chance qui ne se présente pas deux fois. Je ne vais pas rester ici mais faut qu’on nous trouve d’autres lieux. »

Au-dessus de son habitation de fortune, des maisons sont érigées sur des pentes glissantes. Des 300 mètres carrés de la concession de Clémentine, il n’en reste que la moitié après le glissement de terrain. Les murs de la maison sont fissurés. Cette sexagénaire et son fils sont inquiets. « J’ai très peur, on ne dort pas. »

Mais pour quitter les lieux, les occupants posent des préalables : « Pour aller où au juste ? Il faut que l’État vienne nous aider en construisant d’autres sites quelque part. Sinon, nous allons tous mourir. »

Pour l’hôtel de ville ces sites doivent être « rasés ». Les autorités locales s’en remettent au gouvernement central, qui disposerait, selon elles, de plusieurs espaces encore libres dans la capitale.

Les spécialistes, à l’instar des architectes, mettent en cause le non-respect des règles de l’urbanisme.

Architecte depuis de nombreuses années, Jean-Claude Mutapile a déjà fait ce constat : pas une seule saison de pluies sans catastrophe particulièrement pour la ville de Kinshasa. « La gestion des eaux des ruissellements. Parce que lorsque que l’eau ne trouve pas sa route tracée, elle s’en créé. Lorsque vous vivez à flanc de colline et que ces eaux ne sont pas gérées, les dégâts sont inimaginables. C’est ça qui se passe à Kinshasa. »

Il est pourtant possible de gérer la situation et prévenir les catastrophes, dit Jean-Claude Mutapile. « Nous avons eu une longue saison sèche d’environ six mois, nous avons donc eu le temps de curer nos caniveaux, voir les exutoires qui sont bouchés, s’il y a moyen de les déboucher. Les grands travaux se font à ce moment-là. »

L’homme insiste sur la prévention : « Lorsque vous gérer une cité de plus de dix millions d’habitants, je pense qu’il y a moyen d’organiser les services, voir si nous ne pouvons pas craindre des catastrophes par rapport à l’usage. Vous savez comment le Kinois vit au quotidien! Où se trouve son dépotoire ? Dans le caniveau ! »

À l’instar de Jean-Claude Mutapile, de nombreux autres Kinois constatent, impuissants, que plusieurs ouvrages ont été érigés sur des caniveaux.

Lire l’original de l’article ici.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community