Association for Free Research and International Cooperation

Elections générales au Mozambique : Avis préliminaires des observateurs déployés par AFRIC

15.10.2019
Le soleil s'est couché depuis un moment ici au Mozambique. Nombreux ont été les électeurs venus remplir leur devoir de citoyen. Soucieux du respect de leur choix, les longues files d'attentes, le retard d'ouverture des bureaux de vote ou encore d'autres problèmes mineurs, n'ont pas empêché les mozambicains à faire entendre leur voix. Nos observateurs racontent !

« Dans la province de Zambezia, plus précisément à Querimane et ses environs, le vote s’est déroulé sans incidents majeurs. C’est dans la sérénité que les mozambicains ont accompli leur devoir de citoyens dans cette partie du pays. Parmi les points positifs, on note le temps pris par les membres des différends bureaux pour expliquer à chaque votant entrant dans la salle, le processus de vote. L’ordre régnant dans certains bureaux de vote malgré l’affluence, la présence des services de santé de la croix rouge. Pas d’échauffourées entre militants de différents partis. On note cependant quelque bémols au niveau de l’organisation en milieu rural  avec un manque d’implication des forces de l’ordre pour faire régner le calme et la maladresse des membres des bureaux pour coordonner les rangs de votants. Si le décompte a commencé dans certains bureaux des 19h d’autres par contre n’ont procédé à cette étape qu’aux environs de 20 h30″

« Durant la journée, nous avons sillonné plusieurs bureaux de vote dans Chimoio. Comme faits marquants, les bureaux de vote où nous sommes passés ont tous ouvert à l’heure ! Sur les différents bureaux de votes parcourus, nous avions constaté la présence des forces de l’ordre et les bureaux de vote étaient tous dans des écoles. Il y a eu une forte affluence dans les différents bureaux visites. Au final, pas d’incidents majeurs à signaler ici a Chimoio. Le dépouillement se déroule bien sous nos yeux en ce moment »

« C’est la première fois que je collabore avec Afric. Aujourd’hui, j’ai observé le processus de vote en République du Mozambique, qui se déroule sans heurts. Les électeurs des différents bureaux de vote de la ville de Maputo étaient très polis et obéissants. J’en profite pour féliciter la Commission nationale des élections ».

« Aujourd’hui, nous avons passé la journée à observer les élections à Nampula. L’atmosphère était dans l’ensemble calme et paisible malgré une anticipation de violence à Nampula. Certains bureaux de vote que nous avons visités ont ouvert avec quelques minutes de retard. Dans presque tous les bureaux visités, la majorité des électeurs étaient des femmes et des jeunes. Il y a eu un incident d’agitation et de violence sur l’île du Mozambique entre des agents des partis d’opposition s’accusant mutuellement de violence.  La police a retiré les deux hommes et le vote s’est ensuite poursuivi. Mais la journée s’est bien passée pour la plupart ».

« Le jour des élections ici dans la région d’Inhambane s’est déroulé correctement, les procédures ont été mises en œuvre dans le strict respect de la loi de la République du Mozambique. Dans tous les bureaux de vote où nous nous sommes trouvés, nous avons constaté des normes de travail élevées de la part des fonctionnaires électoraux. Le seul problème commun est le manque de bonnes infrastructures, surtout en ce qui concerne l’électricité et les places d’attente pour les électeurs ».

« Les élections de 2019 au Mozambique se sont déroulées pacifiquement. Ce test démocratique marque  l’espoir d’une croissance socioéconomique durable et de possibilités d’emploi pour la jeune génération ».

« Ce fut une bonne journée, heureusement il n’y a pas eu de violence ou d’incidents dans les gares de Beira Central et ses environs. Le taux de participation a été modéré, car il y a beaucoup de bulletins de vote inutilisés au moment où nous commençons le dépouillement. Les files d’attente étaient remplies de jeunes le matin et d’aînés l’après-midi. Le personnel du CNE a également été très accueillant pour nous en tant qu’observateurs et, lorsque nous avons pu prendre la parole, nous avons obtenu certaines informations dont nous avions besoin ».

La rédaction AFRIC

Crédit image/ Observateurs AFRIC

 

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community