Association for Free Research and International Cooperation

Log in Join the community

Eliud Kipchoge : la légende qui s’attaque au marathon de tous les défis

11.10.2019
Article de la rédaction AFRIC
« Mon objectif principal est de faire passer le message à plus de trois milliards de personnes dans le monde, qu’aucun humain n’est limité, et que le seul moyen est de courir en moins de deux heures ». C’est par ce message que le kényan Eliud Kipchoge, déjà détenteur du record du monde sur marathon, a justifié la nouvelle tentative de descendre sous la barre mythique deux heures en marathon, qui se prépare pour le samedi 12 octobre. Cette nouvelle tentative, baptisée « INEOS 1:59 challenge », en référence au groupe pétrochimique britannique INEOS, partenaire de l’évènement, la deuxième du genre, après celle de Monza en Italie où il avait échoué pour près de vingt-cinq secondes seulement, aura lieu tout le long du Prater à Vienne en Autriche, si les conditions météorologiques le permettent.

Spécialiste du 5000 mètres, Eliud Kipchoge, 34 ans, qui semble aujourd’hui être le seul capable de faire tomber la barrière des deux heures sur marathon n’a pourtant pas jusqu’ici connu une carrière tranquille. Présent sur le circuit mondial depuis 2003 où il s’adjuge l’or sur 5000 mètres en 12’52’’79 à la surprise générale lors des mondiaux de Paris, le kényan qui affolait les records jusque-là, va alors, face à la rude concurrence de l’éthiopien Kenenisa Bekele qui le devance lors des grands rendez-vous, changer de fusil d’épaule. En 2013, il commence à s’aligner sur le semi-marathon où, très rapidement il va faire sensation en claquant, pour sa première sortie à Barcelone, un record tout rond d’une heure.

Une performance qui le pousse dès lors à passer sur marathon où il va connaître une montée en puissance jamais enregistrée jusqu’aujourd’hui en enchaînant des marathons et des victoires. Le pic de sa carrière, réalisée lors du marathon de Berlin où il va établir la nouvelle marque mondiale avec un chrono de 2h01’39, va alors murir en lui l’idée de passer sous les 2 heures en marathon.

Le choix du tracée de Vienne

Loin des parcours traditionnelles où les conditions pratiques et climatiques ne sont généralement pas réunies pour de tels exploits, le tracée de Vienne offre beaucoup plus de possibilités. Le parcours situé dans le parc du Prater à Vienne, circuit ultra rapide long de 9,9 kilomètres se trouve dans un parfait état puisqu’il offre un revêtement en asphalte refait. Bordé d’arbres tout le long qui protégeront le kenyan du vent et devraient lui assurer une bonne qualité de l’air, le parcours empruntera une ligne droite totalement plate de 4,3km qui donnera plus de chance à la tentative d’aller au bout cette fois ci. Pour cette tentative, les organisateurs, qui se donnent toute une fenêtre allant du 12 au 20 octobre en cas de météo défavorable, ont également pris en compte deux autres éléments qui seront décisifs et qu’on ne retrouvait pas sur le parcours de Londres où la course devait initialement avoir lieu.

Idéal pour les efforts longs et couteux sur le plan physique, ce tracée offre entre autres l’avantage d’avoir des températures proches des 15° C sans vent et un gain probable de 13 secondes lors des changements de direction qu’offrent ses virages en devers contrairement aux virages normaux.

Course dédiée à la lutte contre le cancer

Si la journée du 12 octobre 2019 s’annonce comme une date historique dans le monde de l’athlétisme et des courses de fond, elle s’inscrit également comme une bonne initiative pour la recherche médicale dans la mesure où une partie des fonds récoltés lors du marathon devront servir pour la recherche sur le cancer. Coureur professionnel inspiré par l’espoir dans la lutte contre le cancer, Eliud Kipchoge n’a pas manqué de relever qu’au même titre que la descente sous la barre des 2 heures sur marathon,  vaincre la maladie qu’est le cancer relève d’un dépassement de soi. Il déclare d’ailleurs que sa prochaine  tentative de battre un record enverra un message puissant au monde. « Cela signifiera beaucoup quand je courrai en moins de deux heures, quand je laisserai une histoire très pure, propre et positive en moins de deux heures ». tous les facteurs étant alors réunis, il ne manque plus qu’à souhaiter bonne chance à celui qui espère que sa réussite fera beaucoup d’heureux dans les familles, les professions, la vie quotidienne et encourage les gens à continuer à courir.

Le précédent, la tentative avortée de 2017

Déjà en 2017 sur le circuit de formule 1 à Monza en Italie, le kenyan, sur sa première tentative de descendre sous les 2 heures n’avait pas réussir son pari. En établissant une première marque en 2’00’’25 qui n’avait pas été homologuée car, ne respectant pas les règles de l’Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme (IAAF), il avait néanmoins posé les fondations d’une réussite future et d’un marathon en moins de deux heures puisqu’il n’avait échoué que pour vingt-cinq petites secondes. Organisée par la marque américaine Nike, l’idée était pourtant de faire tomber cette barrière des 2h sur marathon. Pour l’occasion, deux autres coureurs avaient relevé le défi à ses côtés : l’éthiopien Lelisa Desisa et l’érythréen Zersenay Tadese. Tous les trois étaient accompagnés par 30 autres coureurs qui leur servaient de meneurs d’allure.

 41 lièvres pour l’occasion, un premier record battu

Contrairement à la tentative de 2017 réalisée sur le circuit italien où la légende kényane était accompagnée de 30 autres coureurs qui lui servait de meneurs d’allure pour rallier les 42,195 kilomètres, Eliud Kipchoge, qui est en train de faire l’histoire et de marquer ce sport, sera accompagné cette fois ci par 41 lièvres et pas des moindres qui, à eux tous réunis représentent 55 médailles aux jeux olympiques ou aux championnats du monde. Cette situation qui s’inscrit déjà comme un premier record battu a vu inscrire sur la liste des lièvres des noms comme ceux du suisse Julien Wanders, les trois frères norvégiens Henrik, Filip et Jakob Ingebrigtsen et plein d’autres africains.

Ces meneurs d’allure auront la difficile tâche d’amener Kipchoge sur des bases optimales, ni trop rapides pour ne pas le griller rapidement, ni trop lentes pour ne pas perdre trop de temps sur la première partie du tracé. Les meneurs devront également tenir assez longtemps, si possible jusqu’au 30e ou 35e km pour l’accompagner et le déposer dans les meilleures conditions pour un finish palpitant.

Article de la rédaction AFRIC

Photo Credit: google image/illustration

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community