Association for Free Research and International Cooperation

The Best Fifa Football Awards 2019, la mal aimée Afrique

28.09.2019
Article de la rédaction AFRIC
Depuis George Weah, lauréat du ballon d’or 1995, alors qu’il évolue sous les couleurs du mythique club de Milan en Italie, le Milan AC, c’est le grand trou pour le continent africain en termes de récompense individuelle pour les joueurs ressortissant du continent et évoluant en Europe. Vingt-quatre déjà que ça dure et, pourtant même la polémique autour de la non-récompense du camerounais Samuel Eto’o Fils en 2006, le légendaire attaquant du FC Barcelone n’aura pas suffi à endiguer le phénomène. Aujourd’hui, l’épineux problème revient sur la table ; mais cette fois non pas avec la cérémonie de récompense du ballon d’or, mais plutôt avec la remise des prix du The Best Fifa Football Awards 2019 où, le continent africain s’est senti une fois de plus floué malgré de valeureux représentants, aux saisons pourtant bien accomplies, qu’étaient le sénégalais Sadio Mané et l’égyptien Mohamed Salah.

Nominés dans les catégories de récompenses où étaient appelés à faire valoir leur droit de vote les capitaines d’équipes nationales, sélectionneurs et journalistes, aucun des deux africains ne rentrera finalement avec le prix du meilleur joueur Fifa de l’année. Pire encore, aucun des deux ne figure à la fin dans le onze type Fifa de l’année malgré leur excellente position dans le classement des meilleurs joueurs Fifa de l’année où ils figuraient respectivement en 5e et 4e place. Autant de raisons qui justifient à bon escient l’incompréhension autour du prix « The Best » et ses dérivés, avec en prime des africains qui font l’effort de voter contre le continent et une particularité cette année autour de la manipulation des votes.

L’incompréhension autour du meilleur joueur Fifa de l’année

Choisis par les capitaines des équipes nationales, sélectionneurs et journalistes, la récompense du meilleur joueur Fifa de l’année « The Best » n’enchante guère sur le continent. Mieux, elle crée une polémique avec des critiques qui fusent de partout quant à la non-consécration du sénégalais Sadio Mané ou de l’égyptien Mohamed Salah ; tous deux vainqueurs de la ligue des champions. C’est finalement l’argentin Lionel Messi (46 points) qui remportera la statuette tant convoitée avec à ses côtés le néerlandais Virgil Van Dijk (38 points) et le portugais Cristiano Ronaldo (36 points) laissant les deux africains au pied du podium respectivement avec 26 points pour Mohamed Salah et 23 points pour Sadio Mané. Les bilans tant collectifs qu’individuels de leurs saisons respectives contribuent à alimenter la polémique.

Interrogé sur le favoris du trophée bien avant le début de la cérémonie le lundi 23 janvier 2019, les déclarations du Camerounais Samuel Eto’o laissaient déjà songeurs sur ce qui allait advenir. Au micro de la Fifa, répondant à la question de savoir qui étaient les meilleurs joueurs de l’année, il déclarait : « les meilleurs pour moi ? Ce sont Salah et Mané, mais ils ne sont pas là ». En comparant les statistiques de la saison écoulée, Lionel Messi, certes a eu un bilan élogieux avec une Liga remportée et le titre de meilleur buteur européen (soulier d’or) avec 51 buts en 50 matches toutes compétitions confondues, mais il a rencontré des déboires en Ligue des champions et à la Copa America. En Ligue des champions où il s’est fait éliminer en demi-finale de la compétition justement par le Liverpool FC de Mané et Salah, il a connu une remontada spectaculaire jamais enregistrée à ce niveau de la compétition au match retour qui s’était soldé sur le score de 0 but contre 4 après avoir pourtant empoché le match allé par 3 buts contre 0. Comparativement au vainqueur Lionel Messi,

il faut dire que le sénégalais Sadio Mané apparaissait comme celui qui avait le plus fait le boulot avec un titre individuel de co-meilleur buteur de la Premier League avec 22 réalisations, seul joueur du championnat à avoir marqué minimum 25 buts sans avoir converti aucun penalty, vice-champion de la premier league avec 97 points (un record historique dans l’histoire des quatre grands championnat), vainqueur de la Ligue des Champions, finaliste de la CAN avec 4 réalisations à son compteur et auteur d’un début d’exercice 2019-2020 canon avec 4 buts et 1 passe décisive en championnat.

La dégueulasse blague d’un onze type Fifa 2019 sans aucun africain

Après le malaise presque palpable dans les coulisses du théâtre de la Scala de Milan où a eu lieu la cérémonie lors du choix du meilleur joueur Fifa de l’année, le clou a été enfoncé lors du dévoilement du Onze Fifa 2019. Déjà boudés pour le trophée « The Best », les deux joueurs africains n’ont même pas été retenus dans le onze de l’année de la Fifa et du syndicat des joueurs (FIFPRO). Comment comprendre alors que des joueurs qui ont terminé respectivement 4e et 5e lors du classement pour le prix The Best soient absent du Onze Fifa de la saison alors que des joueurs qui ont terminé loin derrière eux comme Kylian Mbappe (6e), De jong (7e), Eden Hazard (8e),  De Ligt (9e) ou encore d’autres qui ne figurent même pas dans le Top 10 comme Marcelo, Sergio Ramos, Lucas Modric et hauteur tous les trois d’une saison plus que désagréable avec le Real Madrid y soient présents ?

Le malaise des africains qui votent contre le continent

Là où même Lionel Messi, vainqueur final du trophée, a eu l’honnêteté footballistique de voter pour un des deux africains en lice, en plébiscitant en l’occurrence le sénégalais Sadio Mané comme premier choix, plusieurs des africains appelés à voter ont préféré botter en touche, n’apprenant toujours pas à respecter leurs frères. Toute situation jugée malheureuse et déplorable à l’heure où l’on parle d’un développement commun de l’Afrique. Malgré tous les efforts et sacrifices réalisés au cours de la saison pour placer le continent sur la scène internationale, ses exploits n’ont guère été appréciés à leur juste valeur et le manque de considération africaine qui s’en est suivi, ajouté à celui des autres continents tels que l’Europe et l’Amérique ne pouvait que donner lieu à des regrets. On note ainsi que parmi les capitaines de sélections africaines appelés à voter, nombreux sont ceux qui n’ont tout simplement pas placé le sénégalais parmi leurs trois choix de votes. En font partie Pierre-Emerick Aubameyang du Gabon, André Ayew du Ghana ou encore Charles Kabore du Burkina Faso. Concernant les sélectionneurs et les journalistes de nations africaines, d’autres n’ont même pas daigné prendre part au vote pour des raisons que l’on ignore. Il s’agit de la RDC, du Maroc, de la Côte d’Ivoire ou encore du Benin.

L’imbroglio de la manipulation des votes

Bien après la publication des différents bulletins de vote, plusieurs difficultés faisant écho d’un probable scandale de manipulation des votes ont été soulevées. La fédération égyptienne de Football, le coach de la sélection soudanaise Zdravko Lugarisic ou encore le capitaine du Nicaragua, Juan Barrera n’ont pas manqué de soulever que leurs votes ont été détournés et orientés à d’autres fins. Via un Tweet au lendemain de la remise des prix, Juan Barrera, capitaine de la sélection du Nicaragua déclarait qu’il n’avait même pas participé au vote pour le prix The Best ; relevant au passage sa surprise de voir son nom sur la liste des capitaines qui auraient voté pour l’argentin Lionel Messi. Même son de cloche chez le sélectionneur du Soudan qui déclarait avoir lui voté pour Mohamed Salah.

Face à l’ampleur de la critique, la Fifa, pour s’extirper du bourbier, communiquait alors sur la question en répondant à la lettre de la Fédération égyptienne par ces quelques mots : « les parties concernées ont écrit leur réponse en lettres capitales et qu’elles ne semblaient donc pas authentiques. De plus, il manquait la signature du secrétaire général de la fédération égyptienne en bas du document ».

Article de la rédaction AFRIC

Photo Credit : google image/ illustration

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community