Association for Free Research and International Cooperation

Maroc : des manifestants dissent stop a l’hypocrisie sexuelle

24.09.2019
Lire l'original de l'article sur: .lemonde.fr
La condition des femmes est souvent un bon indicateur de la santé d’une société et de l’état d’un régime politique. Celle réservée aux Marocaines reflète à la fois la remarquable vitalité d’un pays où de plus en plus de femmes accèdent aux responsabilités, et un système hypocritement obsédé par la virginité, où la liberté des mœurs sert de prétexte à des règlements de comptes politiques. Les poursuites judiciaires pour « débauche » – autrement dit relations sexuelles hors mariage – et « avortement clandestin », visant Hajar Raissouni, 28 ans, journaliste au quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum, traduisent la persistance d’une législation passéiste et l’utilisation des femmes comme boucs émissaires, dans un pays qui se veut moderne.

Interpellée le 31 août, en compagnie de son fiancé, à la sortie d’un cabinet de gynécologie où elle dit avoir été soignée pour une hémorragie interne, la jeune femme est détenue depuis lors, en attendant un jugement où elle risque jusqu’à deux années de prison. Dans un appel que publie Le Monde, ainsi que plusieurs médias marocains, plus de 470 femmes et hommes, citoyens marocains, connus ou non, proclament leur solidarité avec Hajar Raissouni et avec les autres victimes des atteintes aux libertés sexuelles constatées dans le royaume chérifien. Ils réclament l’abrogation des lois répressives, en affirmant s’être mis eux-mêmes « hors la loi », pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage, subi ou pratiqué un avortement.

Au Maroc, 14 503 personnes ont été poursuivies en 2018 pour relations sexuelles hors mariage, et, chaque jour, entre 600 et 800 avortements seraient pratiqués clandestinement. La législation pénale tranche avec une réalité marquée par une progressive libération sexuelle et une montée des aspirations individuelles. Comment pénaliser les relations sexuelles hors mariage dans un pays où l’âge moyen de la première union, en hausse spectaculaire, atteint 29 ans ?

Le courageux appel des Marocains « hors la loi » intervient à point nommé pour exiger la fin de cette « culture du mensonge » et la réforme de la loi pénalisant l’avortement et les relations sexuelles hors mariage. Il faut le faire connaître et le soutenir. Hajar Raissouni doit retrouver la liberté, les poursuites qui la visent doivent être abandonnées. Il est temps que le Maroc applique aux libertés individuelles les principes de modernité et de libéralisme dont il se prévaut en matière d’infrastructures et de développement économique.

Lire l’original de l’article ici.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community