Association for Free Research and International Cooperation

Jeux africains Rabat 2019 : La culture africaine en célébration

30.08.2019
Article de la rédaction AFRIC
Les populations venues des quatre coins de l’Afrique ont tenu à participer à cette grande messe continentale afin de valoriser leur tradition. La douzième édition des « Jeux Africains » qu’abrite le Maroc depuis le 19 aout dernier, affiche un programme culturel très chaleureux, de connivence avec les ambitions d’une Afrique qui entend s’affirmer par le sport et surtout par ses coutumes. En effet, du 19 au 31 aout prochain, les villes de Casablanca, Rabat, El Jadida, Salé et Khémiset seront animées par une grande effervescence sportive aux couleurs et sonorités africaines.

En fait une valeur selon le Dr A.S. Mungala dans le document L’éducation traditionnelle en Afrique et ses valeurs fondamentales, 1982, est désignée comme «  tout fait social ou de culture qui est conforme à la raison, à l’homme et qui répond aux besoins fondamentaux de la majorité de membres d’une communauté humaine. Tous réunis au Maroc, les africains vont magnifier leurs valeurs traditionnelles avec faste et acuité pendant treize jours. Une fête culturelle qui conduit certainement à l’admiration, l’un des principaux défis du Maroc qui accueille cette ultime parade continentale à travers cinq villes qui s’activent pour offrir au public des manifestations grandioses.

Ce programme va donner une occasion aux invités de découvrir les subtilités de cette Afrique qui regorge plusieurs potentialités culturelles, veut tout simplement faire rêver. En cause, d’aucuns ont longtemps pensé que l’Afrique est vouée à des échecs patrimoniaux compte tenu de la population qui va grandissante depuis plusieurs décennies. Or, pour l’ethnologue malien Amadou Hampâté « si  la croissance démographique et l’urbanisation rendent obsolètes certaines valeurs et pratiques, elles n’annihilent pas pour autant le bien fondé de certaines valeurs à l’exemple du sens de l’effort et du partage ».

Bien que sa raison d’existence soit le sport,   les jeux Africains entendent offrir à un public fortement diversifié, une compétition sportive multidisciplinaire, visant à rehausser le sport africain tels que souvent vécu dans les années 1960. De surcroit, à encourager les échanges interculturels entre les membres de l’Union africaine. C’est la raison pour laquelle d’après le souverain marocain, « le sport représente l’espoir, la joie, la réussite, le progrès pour beaucoup de gens sur ce continent ; c’est le symbole de l’unité du peuple », avait-il décliné les qualités du sport dans son allocution introductive.

Organisation et euphorie

Ainsi, selon le leadership et le regard méticuleux  du roi Mohammed VI, les Jeux africains Maroc 2019 représentent l’opportunité pour les jeunes talents de valoriser leur savoir-faire auprès des professionnels et du public, jury central de la rencontre. Ces artistes  viendront notamment des différents pays du continent pour communiquer leur joie de vivre au public. En dehors des différents espaces réservés aux spectacles de musique, il est également prévu des expositions artisanales, commerciales et touristiques et un village des cultures africaines. De la sorte pour un challenge sain et amoureux de la culture, le roi Mohammed VI a promis de hisser l’art et la culture africaine au service de la tolérance au cours de cet évènement. Dans la même lancée, il a rassuré que tout le pays sera mobilisé bec et ongles afin que l’organisation soit à l’image de ce grand évènement. Chose promise, chose due. Lors de la cérémonie d’ouverture, le Maroc a célébré l’Afrique sous toutes ses couleurs. Le royaume chérifien a mis les petits plats dans les grands pour marquer son entrée majestueuse dans cette compétition panafricaine. Et pour tout couronner, la prestation du marocain RedOne à travers  son tube « We love Africa »a valablement rendu hommage à l’Afrique.

Accompagné de la chanteuse malienne Inna Modja et de la pop star marocaine, ce trio a su rappeler les  divers parcs du continent avec les animaux sauvages et le safari dans la savane… Les costumes traditionnels et paysages pittoresques de Chefchaouen, Essaouira, et aussi des escapades à Casablanca et les plages turquoise de Zanzibar ont traduit un sentiment d’amour que les trois artistes éprouvent pour le berceau de l’humanité.

Un acte d’éclat qui n’a pas laissé le président de la commission de l’Union africaine indifférent. Il a d’ailleurs salué les efforts déployés par les autorités marocaines pour avoir offert à ces jeux un cadre approprié qui reflète d’une part la grandeur historique de la nation, et le souci permanent du roi Mohammed VI de valoriser l’identité de l’Afrique.

Soulignons que si de nombreux spectateurs ont comparé cette grande messe continentale aux jeux Olympiques c’est tout simplement parce que les autorités marocaines avaient déjà noué des contacts depuis plusieurs mois avec l’Union africaine, fondatrice et propriétaire de cet événement sportif quadriennal. La démarche du Maroc s’est donc apparentée à une dimension politique forte. Absent de l’UA de 1984 à 2017 en raison notamment de grandes tensions autour du dossier du Sahara occidental, la ville des Lumières essaie de se racheter sur le plan diplomatique via sa candidature aux Jeux africains en cours. Une stratégie qui a valu surement valoir son pesant d’or.

Article de la rédaction AFRIC

Photo Credit : google image /illustration

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community