Association for Free Research and International Cooperation

Make –up l’art de camoufler les imperfections du visage

21.08.2019
Article de la rédaction AFRIC
« Depuis que j’ai découvert cette nouvelle façon de se faire belle, c’est devenu un reflex », s’est confiée Raissa avec un sourire.
Le maquillage est une technique devenue courante de nos jours. Elle attire les femmes qui accourent dans des instituts de beauté, pour se faire un lifting qui transfigure. Tout comme Raissa, il est difficile d’apercevoir une femme naturelle sans excédant sur sa peau ou sur son visage. En fait dans l’immense toile du marché de la beauté, il existe un nouveau terme de maquillage, communément désigné par l’anglicisme « make –up ». Il est utilisé pour donner un aspect en conformité avec les circonstances qui se présentent.

En Afrique voire dans le monde, les femmes travaillent leur apparence à temps plein. Le but ici est de cacher ou de dissimuler toutes les défauts d’un visage et donner un aspect rayonnant et attirant. Ainsi grâce à un pinceau à sourcils, un pinceau ‘’concealer’’, un pinceau à poudre, un pinceau fard à paupière, un fond de teint en fonction du type de peau, mais aussi du génie artistique des make-upers, le visage est immédiatement transformé. Un tout qui rend relativement la femme bellissime. En revanche, pour un maquilleur qui ne discerne pas les différents points du visage le résultat peut être fâcheux.

Efficace pour camoufler les rides ou cernes causées par une longue nuit agitée ou pas des soucis, le maquillage s’applique pour toutes les classes d’âge et commence même à enchanter les hommes. Bref le maquillage peut changer en clin d’œil l’expression visage d’une personne.

Le Magazine Elle affirme par la suite que le make –up regorge des vertus thérapeutiques surtout pour booster le moral. Selon Elle, « les cosmétiques ne sont pas futiles. Car se  crémer religieusement ou soigner son trait d’eye-liner ne ferait pas que du bien au look mais aussi à la self estime », déclare le magazine. C’est d’ailleurs le cas de Manuella Ebode qui se sent au top des tops seulement quand elle a terminé son make –up. De connivence avec elle, la jeune dame Etoile explique que «  le fait d’être maquillée me galvanise davantage. Je me sens femme, belle et surtout j’ai un moral très haut » tout porte à croire que ces produits ont plus d’effets positifs pour le bien être  de la femme. C’est pourquoi   « il n y’a pas de femmes laides, mais il n y’a que des femmes qui s’ignorent », a déclaré  Abeng Claudy, esthéticienne approchée par The Sun.

En fait, les soins varient entre 2000 et 10000 FCFA  selon le milieu du type de soins et de  l’institut de beauté choisi pour valoriser ses atouts. En effet, le maquillage est une pratique commune pour la quasi-totalité des femmes  et à des degrés différents voire selon le temps qu’il fait et l’évènement qui se présente.

Pour Chantal, esthéticienne dans un institut de beauté à Bonapriso Douala, à des moments de froids intenses comme dans plusieurs pays actuellement, le make–up doit être très souvent nude (naturel). Le maquillage de soirée quant à lui, bénéficie d’une touche glamour et sophistiqué. Pour des carnavals et des festivals, l’on peut s’amuser avec les couleurs de l’arc en ciel pour exprimer la gaieté et la joie.

 Conséquences pour la peau

Si pour certaines les make –up  quotidien et permanent donnent du tonus, il n’en demeure pas moins qu’il présente beaucoup d’inconvénients. Une étude révélée  par le magazine The Sun affirme 98% des femmes ne pourraient plus se passer de maquillage. Or se pomponner le visage au quotidien expose les dames à de multiples risques de santé et du social.

S’agissant de la santé, sur une peau encrassée, si le démaquillant aide à éliminer les résidus de fond de teint et autres, votre peau aurait déjà eu le temps d’absorber les toxines contenues dans ces produits durant la journée. L’apparition de boutons, et peut être  facteur d’allergies, d’irritations et  de rougeurs sont les effets d’un fond de teint quotidien et surtout de mauvaise qualité. . La bouche n’est pas épargnée. Les rouges à lèvres sont une source de bactéries lorsqu’on les utilise à l’excès et après la date d’expiration. Malheureusement certaines femmes ne prennent pas cela en considération.

Pour la procréation, une étude américaine de 2005 sur 135 jeunes a montré que 95% des bébés naissent avec du parabène (conservateur de cosmétiques tels que les crèmes) et des phtalates (composants présents dans les vernis et parfums) dans leur organisme. Les plus affectées présentent une malformation du système reproductif. Voilà autant de risques encourus au nom de la beauté et de la séduction. Les femmes seraient capables de dépenser près de cinquante milles voire sacrifié leur vie pour soigner la peau, ce qui traduit parfois un manque de confiance en soi, qui crée par là une distance sociale et professionnelle.

Malgré tous ces défauts sus cités, il faut admettre que peu importe le coût des produits, entre le maquillage et la femme, il existe une histoire d’amour. Mais comme l’a si bien Dit-elle, «  l’un des piliers de l’estime de soi c’est de s’accepter tel qu’on est, avec ses défauts et penser que même les jours où on n’a pas eu le temps de se maquiller, on reste cool, intelligente et sexy ».

Article de la rédaction AFRIC

Photo Credit : google image/illustration

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community