Association for Free Research and International Cooperation

Log in Join the community

Marché mondial de l’Armement et discours des paix

10.08.2019
Article de la rédaction AFRIC
Comment faire la paix et développer insolemment le marché de l’armement mondial ? La question avait déjà été posée depuis 1962, par le général Baufré dans son livre ‘’Les armements et la paix’’. « Les armements peuvent être un facteur de paix comme un facteur de guerre », peut-on lire á l’entame de son document. Il poursuivra plus loin que c’est une problématique que les « militaires » et le « politiques » cherchent á résoudre depuis lors, mais que de l’angoisse.

Le discours de la paix est toujours sur les lèvres de ceux-là mêmes dont les firmes de fabrication d’armements alimentent insolemment les conflits armés dans certains pays du monde. Dans son tout premier discours intitulé ‘’Appel á la paix’’ en 2017, l’actuel Secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres lançait qu’il fallait faire de l’année 2017 une année de paix, mais pas que cette année-là, « aujourd’hui et toujours ». Eu égard aux atrocités et á la déshumanisation provoquées par les effets pervers des guerres, l’humanité ne plaide guère avec Guterres pour les conflits, précisément les conflits armés. La paix est donc le souhait ardent de tous les peuples. Seulement, il se trouve que le monde fait face á une montée fulgurante des marchés d’armements – une manière d’encourager les guerres á grande échelle.

La montée vertigineuse des marchés d’armements

Depuis une-demie décennie, le monde entier particulièrement l’occident enregistre une fulgurante montée de production des effets et équipements militaires. L’Institut de recherche sur la paix internationale de Stockholm (SIPRI) a tablé sur la hausse croissante de la fabrication d’armements ces derniers 5 cinq ans. Quelques statistiques confirment bien cette affirmation, puisque par exemple, le rapport indique que les cent premières  grandes firmes de fabrication d’armements au monde ont réalisé un total de 398,2 milliards de dollars suite aux ventes d’armes et des services en 2017. Ce taux de croissance, faut-il le souligner, est évalué á 2,5%.

Sur l’ensemble des ventes d’armements, les firmes américaines sont en tête avec 57% de la part du marché mondial. La France et la Grande Bretagne totalisent 14,3% du marché soit 70% rien que pour ces trois pays occidentaux. Alors que l’on note seulement 9% du marché de l’armement pour une grande puissance comme la Russie. Le déséquilibre est net á constaté. L’occident a donc intérêt, avec cette grosse part du marché mondial d’armements de produire et de fournir les pays demandeurs, á travers le monde.

Ce qu’il faut déplorer, ces armements sont vendues pour faire la guerre. Les pays qui sont en conflits armés sont les potentiels clients de ces firmes occidentales. Diantre. Malheur aux pays en guerre.

Une alimentation des conflits

Tout naturellement, les entreprises occidentales produisent des armements pour vendre. Mais á qui ? Il est vrai que l’autre besoin des armements aujourd’hui consiste en la modernisation des systèmes militaires, notamment la sophistication de l’armée. L’on y voit le délire de certains dirigeants de doter leurs armées de plus de moyens militaires modernes dont des armes et matériels de guerre de dernière génération. Mais l’aspect d’une armée moderne n’explique pas tout sur l’accroissement du sans cesse du marché mondial des armements, car les chiffres officiels annoncés ci et là ne concernent uniquement le cadre légal du marché. Alors que dire des pays en proie á la guerre où l’on note des fournitures illicites des armes á une rébellion, par exemple ?

L’Afrique semble bien un terrain pour ce salle business, quand bien même un dernier rapport de SIPRI montre que ledit continent importe moins d’armements au monde. Ici, la notion de la paix est mise á mal. Plusieurs pays sont en guerre ou en position de guerre, puisqu’hébergeant des groupes rebelles dans une partie de leur territoire. Pendant que les gouvernements légitimes achètent les armes selon les règles de l’art, les groupes rebelles eux, par circuits illicites, s’approvisionnement sauvagement avec de l’argent de sang ou de pillages. Une fois surarmés, ces groupes rebelles s’incrustent et déstabilisent les pays avec toutes les conséquences dont l’insécurité, le désastre humanitaire… bref la guerre. Parfois, c’est avec la bénédiction des bailleurs occidentaux qui managent les rebelles.

A ce niveau précis, l’on est amené á s’interroger quand á la sincérité du discours des occidentaux sur la paix. En même temps que ces derniers appellent au règlement « pacifique » des conflits, surtout en Afrique, ce sont leurs propres entreprises qui fabriquent et vendent de l’armement – outils de guerre aux pays en guerre.

Article de la rédaction AFRIC

Credit Photo : google image/illustration

 

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community