Association for Free Research and International Cooperation

Coupe d’Afrique des Nations: Les surprises de la CAN à 24

06.07.2019
Article de la rédaction AFRIC
Le coup de sifflet final comptant pour le premier tour de la compétition a retenti mardi 2 juillet dernier en Egypte. Les éliminatoires quant à elles ont débuté vendredi 5 juillet dernier avec pour héros le Bénin et le Sénégal.

Sensationnelle cette compétition de 24 équipes. Des actes jamais imaginés se réalisent au fur et à mesure que les phases s’égrènent. Le Maroc pourtant classé dans la cour royale a mordu la poussière face au Bénin. Le score de 1 but des deux côtés a conduit la rencontre aux penalties en faveur du Bénin. Les lions d’Atlas sont finalement sortis par la petite porte.

C’est que le Maroc a broyé du noir pendant une bonne période. Et contrairement à la phase de poule, l’envol a été très difficile. Mais Hakim Ziyech a voulu se démarquer de ses camarades avec une succession de passes, de tirs et coup francs perdus (11è, 28è, 35è).

Le Benin également a connu des ratés qui se sont plutôt expliqués par la privatisation de leur capitaine, le défenseur Mehdi Benatia qui a signé forfait et de leur attaquant Steve Mounié qui a encaissé un carton rouge. Michel Dussuyer, sélectionneur de l’équipe, ne s’est pour autant pas lassé de remettre ses poulains en confiance en leur demandant de « serrer les rangs », ses mots fétiches. Ces multiples ratés ont boosté l’équipe béninoise à s’infiltrer dans le camp adverse. Moise Adilehou déterminé à ouvrir le score a créé le penalty. Une idée murement réfléchit qui a d’ailleurs porté de fruits. Le Benin a donc changé la donne avec un but au compteur.

Un acte d’éclat qui a curieusement affaibli les Béninois à travers des tirs et débordements vains de Sofiane Boufel, dans des angles fermés. Le constat fait, les poulains d’Hervé Renard n’ont pas manqué d’affûter leurs armes en inscrivant eux aussi le but de Youssef En-Nesyri, qui a remis le compteur à zéro.

La suite s’est vue rude surtout pour la sélection marocaine qui s’est estimée invincible.  Les Béninois sont remontés en puissance avec de multiples tentatives, dont Ziyech avait pour principal objectif une traversée des huitièmes de finale sans faille. Mais, nul n’a pu faire mieux pendant les 90 minutes réglementaires. Ce qui a conduit les deux équipes aux prolongations.

Le martyr se pointe à grand maitre du côté Béninois avec des sanctions çà et là, qui n’ont pas du tout entaché sur la détermination des poulains de Michel Dussuyer à décrocher le sacre africain, sauf que le score a subi d’aucune écorchure. Le verdict final a donc reposé sur les tirs aux buts. Et après tant de tractions, le bon grain s’est distingué de l’ivraie. Le Benin a mis le Maroc à genou. Il s’en sort premier pays à obtenir son ticket pour les quarts de finale de la Can Total 2019 en Egypte.

Chez les Mahgrébiens, l’heure est à la désolation. Le Maroc n’en revient pas à la défaite. Quelques joueurs ont fondu en larmes. Pour Hervé Renard, approché par RFI, le motif de cette désolation profonde est qu’ils sont allés compéter avec des ambitions de remporter le trophée continental mais ils ont chuté. « On avait la possibilité de gagner avant la prolongation mais on ne l’a pas fait. On s’est ensuite retrouvé dix contre onze. Que voulez-vous de plus ? », s’est expliqué le sélectionneur marocain. Il poursuit « il nous faut énormément d’occasions de but avant d’arriver à marquer. Ça fait mal de temps que ça dure. Celui qui doit assumer aujourd’hui, c’est moi », s’est- il pointé le doigt accusateur au micro de la Radio française après le match.  Il ne reste plus qu’à revoir les couacs et à bétonner l’équipe afin que la CAN 2020 qui se jouera au Cameroun soit leur meilleure.

Il faut rappeler que la sélection maghrébienne a siégé dans la cour royale du classement de la phase de poules. Sur les seize équipes qualifiées pour les huitièmes de finales, le Maroc a occupé la deuxième place derrière l’Egypte pays hôte de la Can 24. Trois sorties trois victoires, dont un succès contre la Namibie, 1-0 face à la Côte d’ivoire et un but devant l’Afrique du Sud, quoi d’autres pour ovationner le parcours du Maroc ? Une équipe sûre de ses forces et qui pouvait se reposer sur ses lauriers. Mais la réalité des compétitions a pris le dessus. Toutes ces qualités et performances ont été noyées dans un naufrage sans maitre-nageur.

A l’inverse, le Sénégal qui se retrouvait aussi parmi les favoris, a su s’imposer face à l’Ouganda 1-0 bien que plusieurs actions aient été déviées par le gardien ougandais mais la fin a donné raison aux Taranga. Comme pour dire qu’en compétition avec la prestation des Malgaches face aux Bafana Bafana, il ne faut jamais sous-estimer une équipe, ni son adversaire. Bref les matchs éliminatoires se poursuivent dans moins d’une heure ( ndlr) avec des rencontres très chaudes similaires à des finales dont le Cameroun qui va s’expliquer devant le Nigeria et l’Egypte contre l’Afrique du Sud. Des rencontres alléchantes dont les vainqueurs pourraient déjà apercevoir la gloire.

Article de la rédaction AFRIC

Crédit image/google images

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community