Association for Free Research and International Cooperation

Madagascar : Andry Rajoelina se dit satisfait de son bilan de 100 jours

11.05.2019
Article de la rédaction AFRIC
Investi président le 19 janvier 2019 pour un mandat de 05 ans, Andry Rajoelina avait pris solennellement l’engagement de permettre à la grande Ile de combler pendant sa présidence le retard économique qu’elle connait depuis son accession en 1960 à l’indépendance. Faisant du secteur social et économique ses priorités , l’ex maire d’'Antananarivo durant sa campagne avait annoncé une série de mesures à mettre sur pied une fois que les rennes du pays lui seront confiées. Parmi elles, la création d’industries dans les 10 provinces que compte le pays, avec un accent particulier sur le secteur de l'énergie notamment l’électricité qui reste une entrave aux investissements dans les zones reculées. Martelant son désir de permettre à la population malgache de se familiariser à l’usage des énergies renouvelables pour avoir accès à la lumière, Andry Rajoelina avait également promis de s’attaquer à l’autosuffisance alimentaire en faisant de Madagascar dans un délai de 05 ans, un pays exportateur et non plus importateur de riz. Des promesses grandioses auxquelles s’ajoute la création d’une ville nouvelle pour désengorger la capitale Antananarivo et qui à en croire le nouvel homme fort malgache a vocation de devenir la plus moderne de l’océan indien. La semaine dernière, l’heure était au bilan pour le chef de l’Etat qui a livré son bilan de 100 jours à la tête de l’exécutif.

Bilan économique

En arrivant au pouvoir, Andry Rajoelina avait suscité beaucoup d’espoir au sein de la population malagasy. Madagascar selon les données de la Banque mondiale fait partie des pays les plus pauvres du monde. L’institution de Breton Wood indique que prêt de 76% de malgaches vivent dans une extrême pauvreté. Homme pressé, le président de 44 ans veut remédier à cette situation et ce dans de brefs délais. En présentant le 28 avril dernier au Palais des Sports son bilan de 100 jours, Andry Rajoelina a vanté les progrès réalisés pour l’augmentation du SMIG. A la veille du 1er mai, la fête du travail, les organisations patronales, le ministère en charge du Travail et les syndicats se sont attendus sur une augmentation de 18% du salaire minimum à Madagascar. Une décision saluée par le président Rojoelina qui a facilité les discussions. Pendant la campagne électorale il s’était engagé à faire passer le salaire minimum de 169.000 ariary, soit 42 euros à 200.000 ariary, soit 50 euros. Pour les syndicalistes cette somme n’est pas à mesure d’améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs mais le geste est encourageant dans la mesure où il permet à la grande Ile de mettre en place une politique salariale dans chaque entreprise.

Pour accélérer ses projets de développement, le président malgache a reçu de la Banque mondiale un financement à hauteur de 392 millions de dollars dont 90 millions de dollars doivent permettre à l’Etat de soutenir les familles les plus démunies. On retient également de l’allocution du président malgache la réhabilitation de plusieurs infrastructures routières dont les travaux ont déjà commencé.

Bilan politique

L’élection en Janvier d’Andry Rjoelina a fait de Madagascar un modèle de démocratie en Afrique. l’ex maire d’Antananarivo qui avait été boudé par la communauté internationale lors de sa prise de pouvoir en 2009 à la suite du renversement du président Marc Ravalomanana, jouit aujourd’hui de l’estime et du respect  de ses paires africains . Pour faire avancer la démocratie dans son pays, Andry Rjoelina a engagé sur le plan politique une série de réformes pour instaurer la bonne gouvernance et une tolérance zéro à l’encontre de la corruption.

Le président « TGV » n’a pas attendu longtemps pour mettre sur pied ses premières reformes politiques. Trois jours uniquement après sa prestation de serment, il a nommé un premier ministre et dans les jours qui ont suivi, un nouveau gouvernement composé de 22 ministres au lieu de 30 comme le précédant. Le président qui veut assainir la fonction publique révèle avoir découvert grâce à un audit un total de 70.000 fonctionnaires fantômes.

Andry Rajoelina qui désire également la suppression du Senat a déclaré ne pas renoncer à son projet et ce malgré le revers essuyé auprès de la haute cour constitutionnelle qui juge que le referendum constitutionnel prévu pour aboutir à la suppression de cet organe, n’est possible qu’après la mise sur pied d’une nouvelle Assemblée nationale. Bien que la bataille s’annonce rude pour aboutir à ses fins, le président malgache soutient qu’avec les 42 milliards d’ariary du budget alloué à la Chambre Haute, le pays peut se doter de six universités par an. Cet argent selon lui peut également contribuer au financement de l’accès à l’eau et l’électricité. Sur le plan politique, Andry Rajoelina veut également poursuivre son projet de décentralisation qui vise à mettre fin au mandat des chefs de région pour élargir les prérogatives des gouverneurs.

Bilan Sanitaire et sécuritaire

Le volet sécuritaire est également un domaine dans lequel le président malgache avait promis d’agir son pays étant confronté à des problèmes d’insécurité liés notamment au vol de bétail, qui a pris de l’ampleur dans plusieurs provinces. Pour combattre ce phénomène, le chef de l’Etat a ordonné le déploiement de puces de géolocalisation de zébus et l’interdiction formel de l’export de ces bovins. Pour lutter contre le banditisme, 1200 militaires sont désormais affectés dans les localités à haut risque. A cela s’ajoutent le déploiement d’une brigade routière sur les routes nationales et la création d’une brigade spéciale anti-kidnapping.

Le domaine sanitaire n’est pas en reste. Le personnel médical a été élargi avec le recrutement de 150 médecins généralistes. Grace au programme nutritionnel PARN une quarantaine de sages-femmes et agents de santé ont pu bénéficier de formations. D’autres initiatives telles que le programme Access financé par l’United States Agency for International Développent (USAID) vont permettre le développement de services de santé dans 13 des 23 régions de Madagascar. Dans l’optique d’éradiquer de l’ile, l’épidémie de rougeole, Plus de 7 millions d’enfants ont déjà été vaccinés et dans les ports et les aéroports des centres de vigilance destinés à détecter cette maladie ont été installés.

C’est devant 60.000 personnes réunies au Palais des sports de Mahamasina qu’Andry Rajoelina a présenté son bilan de 1OO jours à la tête de l’exécutif. Face à l’auditoire, le président qui a décidé de faire de la vitesse grand V le mot d’ordre de son quinquennat s’est dit fier des œuvres réalisées durant cette Période. Déterminé à mettre sur pied les actions inscrites dans son programme Madagascar émergent, il a rappelé qu’il ne reculera devant aucun obstacle pour permettre à son pays de rattraper le train du développement qui semble l’avoir laissé depuis qu’il est devenu une nation souveraine.

Article de la rédaction AFRIC

Credit image : google image

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community