Association for Free Research and International Cooperation

Bénin/Nigéria: 216 victimes de trafic d’êtres humains secourues

24.04.2019
Deux cent seize victimes de trafic d'êtres humains, dont 157 mineurs, ont été secourues début avril lors d'une opération menée au Bénin et au Nigeria, a annoncé Interpol mercredi.

Des contrôles visant notamment les marchés d’Abuja et de Cotonou ainsi que les ports, aéroports et la zone frontalière de Sèmè ont été menés dans le cadre de l’opération «Epervier II», précise dans un communiqué l’organisation internationale de police criminelle. La majorité des victimes, âgées entre 11 et 16 ans, étaient «forcées à travailler dans les marchés des jours entiers, portant de lourdes charges ou faisant la cuisine», a fait savoir Interpol, ajoutant qu’un certain nombre avaient été «exploitées sexuellement».

Originaires du Bénin, du Burkina Faso, du Niger, du Nigeria et du Togo, les victimes ont été prises en charge par les services sociaux locaux et des associations, tandis que certains mineurs ont pu être ramenés à leurs parents.

Le coup de filet, mené par une centaine d’officiers entraînés par Interpol, a permis l’arrestation de 47 trafiquants, selon Interpol. En novembre 2017, une première opération Epervier menée dans plusieurs autres pays d’Afrique de l’Ouest avait déjà permis de secourir 500 victimes de traite des êtres humains. Cette première opération Epervier avait été conduite dans le cadre du projet Sahel, une initiative financée par le ministère allemand des Affaires étrangères contre les réseaux de crime organisé impliqués dans la traite des êtres humains.

La lutte contre la traite des êtres humains ces dernières années s’est surtout focalisée sur les Africains de l’Ouest – la plupart des migrants sans papiers – qui tentaient d’atteindre l’Europe en traversant la Méditerranée.

Lire l’article original ici.

Crédit image/google images

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community