Association for Free Research and International Cooperation

RDC: Joseph Kabila renonce à imposer Albert Yuma à la primature

23.04.2019
L’ancien et le nouveau président congolais se sont de nouveau rencontrés, lundi. Ils ont notamment évoqué ensemble la désignation du prochain Premier ministre. Joseph Kabila, qui proposait initialement le nom d’Albert Yuma, aurait « pris acte » du refus de Félix Tshisekedi, et proposé d'autres noms.

Désignation du prochain Premier ministre, composition du futur gouvernement et équilibre des forces à l’Assemblée nationale et au sein des autres institutions entre FCC et la Coalition pour le changement (Cach). Voilà, à en croire le Front commun pour le Congo (FCC, la coalition de l’ancien président), l’ordre du jour de la nouvelle rencontre entre  Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, qui s’est déroulée lundi 22 avril – quelques jours après l’arrêt de la Cour de cassation annulant la condamnation à Moïse Katumbi – à la cité de l’Union africaine, où réside l’actuel président de la République.

Selon une source de Jeune Afrique au sein du FCC, Joseph Kabila, qui avait initialement avancé le nom d’Albert Yuma pour prendre le poste de Premier ministre, « a proposé à Félix Tshisekedi d’autre noms pour la primature ». Des noms tenus secrets par les entourages des deux hommes. « Mais tous sont des caciques du FCC, et aucun ne peut être accepté par Félix Tshisekedi », affirme à Jeune Afrique une source très proche de la présidence de la République.

Trois mois après l’investiture de Tshisekedi, les négociations sur le nom du futur Premier ministre avancent difficilement. Joseph Kabila, « autorité morale » du FCC, fort de la majorité de sa coalition à l’Assemblée nationale et au Sénat, revendique le droit de proposer le nom qui sera finalement choisi par le président congolais.

Le nom d’Albert Yuma, le patron de la Gécamines qui avait les faveurs de Kabila, est resté plusieurs jours sur la table. Mais devant le refus catégorique de Tshisekedi, l’ancien président congolais s’est résolu à proposer une alternative.

« Le président Tshisekedi est soumis à des pressions venues de l’étranger. Des gens qui savent que si Albert Yuma est nommé à la primature, le nouveau Code minier sera rigoureusement appliqué. Et ils ne veulent pas de cela », estime un haut cadre du FCC, sous couvert d’anonymat.

De fait, Albert Yuma, président du Conseil d’administration du géant minier congolais et président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), est un fervent partisan du Code minier promulgué en mars 2018, qui a débouché sur un bras de fer entre l’État congolais et les sept grandes sociétés minières mondiales (Randgold, CMOC et Glencore entre autres).

Lire l’article original ici.

Crédit image/Jeune Afrique

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community