Association for Free Research and International Cooperation

Ivanka Trump: Un voyage critiqué par les défenseurs des droits des femmes

23.04.2019
Article de la rédaction AFRIC
Ivanka Trump, la fille du président américain a bouclé vendredi dernier, une mini tournée effectuée sur le continent africain. Ce voyage qui l’a conduit en Ethiopie et en Côte d’Ivoire avait pour but de promouvoir l’entreprenariat et les droits des femmes. Malgré les nombreuses promesses d’aides et les accords signés pendant sa visite en terre africaine, la fille du milliardaire américain, reconnu comme une femme d’affaire hors pair n’a pas été épargnée par les critiques. Notamment des féministes et autres défenseurs des droits de la femme ainsi que par certains médias qui ont vite fait de rappeler la réputation peu flatteuse dont jouit son père auprès de la gente féminine et ses prises de position plus ou moins controversées sur le planning familial et les questions liées à l’avortement. D’autres s’interrogent également sur les réels motifs d’un tel déplacement en Afrique, un continent dont son père a au début de son mandat montré peu d’intérêts.

L’ETHIOPIE ET LA COTE D’IVOIRE A L’HONNEUR

C’est en Ethiopie que la fille ainée de Donald Trump a d’abord déposé ses valises pour la promotion du programme baptisé Women Global Development and Prosperity Initiative qui a pour but d’encourager le talent et le génie des femmes précisément celles d’Afrique subsaharienne par le financement de certains projets contribuant à leur autonomisation. Ivanka qui est également la conseillère à la présidence de son père, était accompagnée de Mark Green le patron de l’US Agency for International Development (USAID) et David Bohigian, le président par intérim de l’Overseas Private Investment Corp. A travers ce programme promulgué en Février dernier par son père et qui est doté d’un budget de 12 milliards de dollars américains, Ivanka Trump veut impacter la vie de 50 millions de femmes.

Au pays de la reine de Saba, la fille du 45e président américain, qui a également fait carrière dans la mode, a visité un café et une entreprise de textile. Pendant son passage en Ethiopie elle s’est également entretenu avec Sahle-Work Zewde, la présidente éthiopienne avant de prendre part par la suite à une cérémonie organisée en la mémoire des disparus du crash du Boeing 737 Max appartenant à la compagnie Ethiopian Airlines, un accident qui a couté la vie à 08 américains.

En Côte d’Ivoire, Ivanka Trump eu des entretiens avec des hauts responsables ivoiriens dont le vice-président Daniel Kablan Duncan et la ministre de l’éducation Kandia Camara avec qui un partenariat a été signé pour promouvoir et encourager la scolarisation des jeunes filles. Au pays des Eléphants la fille de Donald Trump a visité une ferme cacaoyère à Adzopé, une localité située à quelques kilomètres de la capitale Abidjan qui abritait le premier Sommet ouest africain sur l’entreprenariat des femmes. Un évènement auquel a pris part Ivanka Trump et durant lequel elle a promis une aide de 2 millions de dollars pour la création de 300 caisses d’épargnes dédiées aux femmes notamment dans le secteur du cacao.

UN VOYAGE CRITIQUE

Ex mannequin, femme d’affaire et désormais engagée dans la politique auprès de son père, Ivanka Trump a su trouver un équilibre entre son rôle de mère, épouse et femme d’influence dans le milieu politique et des affaires. C’est sans aucun doute, la raison pour laquelle son père a trouvé en elle l’ambassadrice idéale pour représenter le programme de développement WGDP dédié à la promotion de l’entreprenariat chez les femmes africaines.

Celle qu’on surnomme aux Etats-Unis la « First Daughter » en plus de jouer auprès de son père le rôle de conseillère à la maison blanche est également vice-présidente exécutive du développement et des acquisitions dans l’empire fondé par ce dernier, The Trump organisation. Egalement engagée dans la mode, l’ancienne mannequin est propriétaire d’une ligne d’accessoires de mode (sac à main, chaussures, vêtements, bijoux).

La fille du président américain qui veut mettre à profit sa riche expérience dans le monde des affaires acquise auprès de son père, au profit des femmes africaines doit faire face à de nombreuses critiques dues à l’image peu reluisante de ce dernier cité tant de fois dans des scandales sexuels et affaires d’infidélités,  mais aussi pour son comportement souvent déplacé envers sa femme Melania et des propos avancés durant sa campagne pour la présidentielle à l’endroit des femmes jugés sexistes et vulgaires.

Le voyage en Afrique de celle qu’on dit très écoutée par son père, survient d’ailleurs quelques jours après des critiques de ce dernier sur une loi adoptée par l’Etat de New-York autorisant les avortements au-delà de 21 semaines dans des cas où la vie de la mère est en danger ou le fœtus déclaré non viable. Dès ses premiers jours à la Maison Blanche, le président américain avait d’ailleurs suscité l’ire de nombreuses associations en annonçant l’arrêt de financement par les Etats-Unis de toute ONG et structure américaine qui soutiennent l’avortement.

Sur les réseaux sociaux, c’est l’intérêt du dirigeant américain pour le continent africain qui est source d’interrogation. Revenant sur l’affaire des « pays de merde » qui avait créé un tollé en Afrique, plusieurs internautes se demandent pourquoi le président des Etats-Unis qui avait fait montre de son mépris pour le continent noir y accorde désormais tant d’intérêts. Après l’ancien secrétaire d’Etat Rex Tillerson, s’était au tour de la première dame Melania de faire un déplacement en Octobre dernier sur 04 pays dont le Kenya, l’Egypte, le Malawi et le Ghana. La semaine passée l’Afrique a eu droit à la visite sur ses terres de la fille après bien évidement cette de Tibor Nagy le responsable américain aux affaires africaines. Donald Trump aurait il finalement changé sa politique africaine ou essayerait-il par ses proches de redorer son image en multipliant les initiatives sur ce continent où il n’a jamais mis les pieds depuis sa prise de fonction en Janvier 2017 ?

Article de la rédaction AFRIC

crédit image/africanews.

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community