Association for Free Research and International Cooperation

Aéroport de Tourou: Le nord du Bénin s’ouvre au monde

08.04.2019
Article de la rédaction AFRIC
Le 29 Mars 2019, l’aéroport de Tourou, situé à Parakou, a connu son vol inaugural. Construit sur une réserve de plus de 4.000 hectares, cette infrastrure permet désormais au Bénin de disposer d ‘un second aéroport en plus de celui de Cotonou. Comme caractéristique, le nouvel espace de voyage présente une piste d’atterrissage de 3.500 mètres .construite sur une réserve de plus de 4.000 hectares. Lors du lancement official de l’aéroport, le ministre béninois de l’Eau et des Mines, s’est envolé de Cotonou pour atterrir sur le tarmac de Tourou aux environs de 17 heures. A travers la mise à disposition de cette infrastructure, les autorités béninoises sont persuadées que la ville de Parakou pourra saisir de nouvelles opportunités d’affaires.

« Désormais, c’est de cet aéroport que partiront les vols en partance pour Cotonou, et atterriront ceux qui en proviendront. C’est de concert avec les services de l’ANAC que le gouvernement a pris cette décision », a mentionné  le ministre de  l’Eau et des Mines.

Parakou: une ville stratégique de par sa position géographique

A cause des activités  commerciales qu’elle abrite sur son territoire, Parakou  est une ville de transit et un grand centre économique.  Ces dernières années, la ville s’est imposée  comme une localité relais du Nord- Bénin.  Aujourd’hui, elle constitue de part son statut ,  un important carrefour  entre le Niger, le Togo, le Burkina – Faso et le Nigeria. Limitée au sud, à l’est et à l’ouest par la commune de Tchaourou et au nord par la commune de N’Dali,Parakou se situe à 407 km de la ville de Cotonou. Elle est accessible sur la route inter-état qui traverse le pays du nord au sud, Par conséquent, il  est  facile de s’y rendre en voiture. Sur la voie ferrée, Parakou se trouve au point final des rails qui partent de Cotonou. Entant que capitale régionale du nord Bénin, Parakou est également la ville du septentrion et la troisième plus grande  ville du Bénin après Cotonou et Porto-Novo.

En raison de toutes ces particularités, les autorités béninoises souhaitaient la mise en service d’un aéroport dans cette ville afin qu’elle serve de plaque tournante pour le trafic aérien dans l’arrière du pays.  De fait, Parakou est une ville cosmopolite ou cohabitent les ressortissants de différentes  communautés. On y trouve par exemple des ressortissants de la communauté Baatombu, de la communauté Adja-Fon, des Yoruba et des Dendi. Toutes ces populations locales vivent en harmonie avec des ressortissants Nigériens, Nigérians Ghanéens, Togolais de même  que des Libanais. Cette mixité sociale  favorise le développement de diverses activités économiques dans la ville. Dans Parakou, on retrouve par exemple , plusieurs unités industrielles telles que des usines d’égrenage de coton, un complexe textile, la Société Béninoise de Brasserie, une coopérative de matériel agricole et  une usine de fabrication de beurre de karité.

En dehors des usines, Parakou dispose également d’un nombre non négligeable d’atouts complémentaires. Au nombre des atouts dont dispose Parakou, il y a par exemple, une multitude de restaurants et  de boîtes de nuit très fréquentés dans certains quartiers. Du côté des activités sportives, Parakou dispose également d’un stade omnisport où il est possible de pratiquer plusieurs disciplines telles que  le football, le basketball et  l’athlétisme.   En  raison de tous ces avantages, les autorités béninoises semblent convaincues de la nécessité de mettre en valeur  la cité des koburus comme on l’appelle au Bénin   .

Initié en 2003, c’est ainsi  que le projet de construction de l’aéroport de Tourou fut mis en route par le régime du président Kérékou. Par la suite, le 15 décembre 2014, le projet de construction a été lancé par le gouvernement du  président Boni Yayi. Lors d’un vol initial en date  du 18 mars 2016, le président Yayi  Boni a quant à lui  prouvé qu’il  était possible de tirer profit de ce joyau. Il se trouve cependant que l’aéroport a été fermé  pour défaut de mesures de sécurité et de sureté conformément aux normes de l’Organisation de l’aviation civile internationale.

A l’heure actuelle, Il s’agit cependant de souvenirs lointains car Tourou attire de nouveau toutes les attentions.  De plus, grâce à son patrimoine historique et ses parcs animaliers, le Bénin  entend  miser sur la ville de Parakou afin de s’imposer comme une destination touristique de premier plan.   « Notre objectif d’ici la fin du quinquennat est d’atteindre 700.000 touristes ». déclarait le directeur de l’Agence nationale pour le tourisme, José Pliya .  « Les Africains en règle générale ne sont pas dans cette culture du tourisme de loisir, qui est beaucoup plus occidentale », estime monsieur Pliya. « Or, notre objectif c’est de changer la donne, c’est que ceux qui viennent faire du tourisme d’affaires prennent un jour ou deux pour aller faire du loisir» renchérit José Pliya. Pour l’heure, le secteur touristique ne représente que 0,7% du PIB en République du Bénin. Toutefois, avec l’aéroport de Tourou, la stratégie touristique du gouvernement béninois pourrait bien prendre corps.

Article de la rédaction AFRIC

Credit image :google image

To view full news and leave comments you must be logged in. Please join the community